BFM Business

Fleur Pellerin déçoit avec sa réforme du crowdfunding

Fleur Pellerin a présenté une réforme contestable du crowdfunding

Fleur Pellerin a présenté une réforme contestable du crowdfunding - -

Présenté la semaine dernière par Fleur Pellerin, la réforme du crowdfunfing fait des vagues. Certains professionnels s'inquiètent que, pour protéger les investisseurs, l'Etat fabrique une nouvelle usine à gaz.

"On nous empêche de travailler". Lorsqu'il a lu le projet de réforme du crowdfunding présenté voici quelques jours par Fleur Pellerin, la ministre en charge des PME, le patron du site de financement participatif Smartangels est tombé de sa chaise !

En cause ? Sa complexité. Prenons une start-up qui veut faire financer une application mobile. En l'état du texte, un internaute intéressé n'aura accès sur le site de crowdfunding ni au nom de l'entreprise, ni à la somme qu'elle veut lever, ni au ticket d'entrée dont il faut s'acquitter.

Plates-formes américaines

Pour avoir ces informations et investir dans le projet, il devra d'abord s'inscrire et remplir un document de plusieurs pages : déclaration de revenus, de patrimoine....Rien ne lui sera épargné.

Sous couvert de protéger les investisseurs, on remet en cause le principe même du crowdfunding, dont l'efficacité réside justement dans sa simplicité. Chez Fleur Pellerin, on rappelle que le projet n'est pas bouclé. Les mécontents peuvent encore se faire entendre.

Pas convaincu, un professionnel imagine déjà un avenir absurde : demain, craint-il, "les investisseurs français iront financer des entreprises françaises sur des plates-formes...américaines".

Anthony Morel