BFM Business

Fin de conflit dans une usine papetière de Dordogne

FIN DE CONFLIT DANS UNE USINE PAPETIÈRE DE DORDOGNE

FIN DE CONFLIT DANS UNE USINE PAPETIÈRE DE DORDOGNE - -

BORDEAUX - Après neuf jours de grève au cours desquels deux dirigeants ont été séquestrés durant 18 heures, salariés et direction des Papeteries du...

BORDEAUX (Reuters) - Après neuf jours de grève au cours desquels deux dirigeants ont été séquestrés durant 18 heures, salariés et direction des Papeteries du Condat de Lardin-Saint-Lazare, en Dordogne, ont trouvé un accord vendredi, apprend-on de source syndicale.

"Nous avons obtenu une augmentation de salaire de 2% dont 1% en janvier et 1% en juillet et l'embauche d'une dizaine d'intérimaires", a dit à Reuters Bernard Normand, délégué CGT de la papeterie.

Jusque-là, la direction avait seulement proposé 1% d'augmentation contre la suppression de trois jours de congés, ce que les salariés avaient jugé inacceptable alors que les salaires sont bloqués depuis cinq ans et que "l'entreprise a réalisé un bénéfice de 11 millions d'euros en 2009", selon Bernard Normand.

L'usine était à l'arrêt depuis le 3 mars, 90% des 700 salariés de l'usine s'étant mis en grève.

Le directeur et le directeur des ressources humaines avaient été libérés mardi à la mi-journée après avoir été retenus dans un bureau depuis la veille par les salariés en grève en colère d'une forme de "mépris" affichée selon eux par leurs dirigeants.

Condat, filiale du groupe papetier Lecta depuis 1998, est spécialisé dans la fabrication de papier couché pour l'édition et la presse.

Claude Canellas, édité par Elizabeth Pineau