BFM Business

Fin de conflit chez Mory Ducros: "Je me fous des aides, je veux travailler"

Les syndicats ont dit oui au plan de reprise d'Arcole Industrie qui doit être examiné ce vendredi par tribunal de commerce de Pontoise.

Les syndicats ont dit oui au plan de reprise d'Arcole Industrie qui doit être examiné ce vendredi par tribunal de commerce de Pontoise. - -

Les syndicats ont dit oui au plan de reprise d'Arcole Industrie qui doit être examiné ce vendredi par tribunal de commerce de Pontoise. Sur le terrain, cet accord ne calme pas la colère des salariés au contraire. Beaucoup disent avoir été trahi par les syndicats.

Si une solution semble avoir été trouvée chez le transporteur Mory Ducros, elle ne convient pas à tout le monde. Les syndicats ont choisi d'arrêter le mouvement de blocage pour sauver 2 210 des 5000 salariés de l'entreprise. A l'issue des négociations, l'enveloppe de primes supra-légales a été revue à la hausse de 21 à 30 millions d'euros. Chaque salarié devrait toucher en moyenne 10 000 euros en plus de ces indemnités légales. Si les actions de blocage étaient maintenues Arcole Industrie menaçait clairement de jeter l'éponge condamnant donc 5 000 salariés au total.

"Je vais péter un plomb"

Si les syndicats ont dit oui à l'accord, les salariés eux ne décolèrent pas pour autant. Beaucoup disent avoir été trahi par les syndicats. Au siège social de Gonesse, ce plan de reprise ne passe pas du tout. Alors jeudi soir, lorsqu'un membre de la direction vient pour demander aux salariés d'accepter la décision. Tarek, 15 ans d'ancienneté explose: "Je me fous de leurs aides sociales, moi je veux travailler. J'ai toujours travaillé. Là je vais devoir aller voir un médecin car je crois que je vais péter un plomb".

La Rédaction avec C. Martelet