BFM Business

Evénémentiel: "Il va y avoir de la casse" pour les petites entreprises, prévient le patron de GL Events

Invité sur le plateau de Good Morning Business, Olivier Ginon, s'est montré confiant pour l'avenir de son groupe, malgré des annulations de salons en cascade. En revanche, la trésorerie risque de manquer pour de nombreux prestataires et fournisseurs.

Faut-il s'inquiéter pour le secteur de l'événementiel? En raison de l'épidémie de coronavirus, les plus grands salons du monde entier sont reportés voire annulés. Un coup dur pour les organisateurs et notamment pour le Français GL Events.

Invité sur le plateau de Good Morning Business, son patron relativise néanmoins l'impact direct sur son groupe, qui affiche d'excellents résultats en 2019.

"On n'est pas inquiet pour les annulations, on est inquiet sur la capacité du secteur à survivre au niveau de sa propre trésorerie et de faire en sorte que toutes les petites entreprises et tous les fournisseurs de ce secteur puissent délivrer les prestations et passer le cap de la trésorerie" souligne Olivier Ginon. "Notre groupe, on sait très bien que, de toute façon, dans trois mois, on sera encore là."

Un fonds d'urgence?

"Il va y avoir de la casse du fait que les petites entreprises, du point de vue financier, ne vont pas pouvoir tenir" poursuit-il. "N'oubliez pas, le matin quand vous arrivez dans une exposition, que toute la nuit vous avez des petites entreprises qui nettoient les expositions (…) ces gens ne vont pas être payés, ou être mal payés." Et de marteler : "il faut que le gouvernement, de ce côté-là, fasse un fonds d'urgence."

D'ailleurs, ces reports et ces annulations pourraient bien entraîner une petite révolution pour les entreprises qui ont finalement réussi à se passer des salons.

Un phénomène durable? "Je n'y crois pas du tout" tranche Olivier Ginon. "On a besoin de se rencontrer, le monde bouge! Ce métier, il est en pleine expansion dans le monde et je crois que notre groupe sera en pleine expansion demain."
Thomas Leroy