BFM Business

Une automobile sobre et désirable

Des moteurs sobres mais des véhicules plaisants et abordables

Des moteurs sobres mais des véhicules plaisants et abordables - © PFA

Cette année, on entendra beaucoup parler de sobriété au Mondial de l’Automobile. Car, plus aucun constructeur d’automobiles grand public ne peut aujourd’hui tourner le dos à une problématique située au cœur de la transition énergétique, mais aussi du pouvoir d’achat et de la qualité de vie.

La sobriété de masse à court terme

La baisse drastique des consommations passera par une réduction du poids des véhicules associée à une technologie électrique.

La solution du 100% électrique devant faire face à une acceptabilité consommateur encore timide, les deux constructeurs français on fait des choix différents, mais ayant en commun l'hybridation

PSA a choisi la technologie "hybrid-air" (essence et azote comprimé) monté sur des carrosseries existantes type 208 ou C4 Cactus, pendant que Renault mise sur une hybridation rechargeable avec le prototype Eolab.

Du côté de la PFA*, le message est clair : pas de réduction des impacts environnementaux sans consommation de masse. Ce n’est pas les quelque 700 immatriculations annuelles de véhicules électriques sur notre territoire, acte d’achat engagé pour ne pas dire militant, qui pourront créer un bénéfice environnemental tangible, s’agissant d’émissions de carbone ou de polluants.

Le cahier des charges est donc clairement défini : en même temps qu’ils devront consommer deux, voire un litre aux 100 kilomètres, les véhicules de la prochaine décade devront être confortables, connectés, sûrs, silencieux… et dans un ordre de prix se situant autour des 15.000 euros.

A prestations égales ou supérieures

Mais, comme le précise Bernard Million-Rousseau, directeur-général de PFA "le challenge n’est pas uniquement technologique, un moteur basse consommation, on sait faire. Le vrai défi est de garantir une prestation égale ou supérieure à l’utilisateur final : confort, plaisir et bien-sûr le prix".

Car il ne faut pas oublier que conduire, reste pour beaucoup une expérience plaisante. Que ce soit ressentir une accélération franche, entrer dans un univers confortable, etc. Renier ces aspects sous prétexte de gain de poids ou de rendement à tout prix, serait se couper de la demande telle qu’elle est exprimée aujourd’hui.

La voiture, toujours plus connectée

Une fois l’effort réalisé côté constructeurs, c’est aussi sur le comportement de l’utilisateur qu’il convient d’agir pour économiser de l’énergie. En rendant le véhicule connecté, les constructeurs offrent aux conducteurs un ensemble d’aides à la conduite (circulation, autonomie, sécurité…) qui permettront de conduire « intelligemment ». Et en silence.

* la Plateforme de la Filière Automobile Elle rassemble les représentants des constructeurs et des équipementiers.

Yves Cappelaire