BFM Business

Un Français sur deux ignore qu'il peut changer de fournisseur d'énergie

Les Français "peinent" toujours à comprendre le marché de la fourniture d'électricité et de gaz.

Les Français "peinent" toujours à comprendre le marché de la fourniture d'électricité et de gaz. - Philippe Huguen - AFP

Un consommateur sur deux ne sait toujours pas qu'il peut choisir un fournisseur alternatif à EDF ou Engie (ex-GDF Suez), selon le baromètre annuel du Médiateur national de l'énergie publié ce mardi.

Les Français "peinent" toujours à comprendre le marché de la fourniture d'électricité et de gaz, ouvert totalement à la concurrence depuis 10 ans. C'est ce que révèle le baromètre annuel du Médiateur national de l'énergie publié ce mardi. Un Français sur deux continue d'ignorer qu'il peut changer de fournisseur d'énergie, et un tiers des personnes interrogées pensent encore qu'EDF et Engie (ex-GDF Suez) forment une seule entreprise, selon ce sondage mené auprès de 1.500 foyers français.

"Les consommateurs ne parviennent majoritairement pas à citer d'autres fournisseurs que leur fournisseur actuel, quand ils sont capables de l'identifier...", constate le Médiateur national de l'énergie, autorité publique indépendante, dans un communiqué.

Malgré l'ouverture à la concurrence, EDF continue de dominer le marché en fournissant de l'électricité à plus de 85% des ménages, et Engie a toujours 75% de parts de marché dans le gaz, dont l'essentiel via les tarifs réglementés, fixés par les pouvoirs publics. Pour le Médiateur, "l'attentisme" des consommateurs s'explique notamment par une méconnaissance des démarches à effectuer pour changer de fournisseur.

L'énergie reste un sujet de préoccupation

Par ailleurs, 20% des personnes interrogées pensent que le changement de fournisseur est payant et 12% estiment qu'il nécessite aussi de changer de compteur, alors que ce n'est pas le cas. Et pourtant en parallèle, 46% des Français disent avoir entendu parlé des tarifs réglementés cette année. Un chiffre toutefois en progrès (42% en 2016 et 36% en 2011), qui s'explique selon le Médiateur par le débat de cet été sur leur suppression à venir.

Cette méconnaissance du marché intervient alors que l'énergie reste un sujet de préoccupation pour 68% des Français, un niveau toutefois en baisse de 3 points par rapport à l'an dernier. Deux tiers des Français estiment que les factures d'énergie représentent une part importante des dépenses de leur foyer et un tiers a même affirmé avoir restreint sa consommation de chauffage pour limiter sa facture.

Près d'un Français sur dix (9%) déclarent avoir déjà rencontré des difficultés financières pour payer leur facture, contre 8% en 2016. Le sondage a été réalisé par téléphone du 5 au 25 septembre auprès d'un échantillon représentatif de 1.500 foyers français selon la méthode des quotas.

J.Mo. avec AFP