BFM Business

Total prévoit de dépasser son objectif annuel d’économies

-

- - -

Total a annoncé ce jeudi qu’il dépasserait son objectif annuel d’économies en 2016, après avoir enregistré une baisse de ses résultats au deuxième trimestre, pénalisés par une chute de la rente pétrolière et des marges de raffinage.

Au deuxième trimestre, le géant pétrolier a vu ses résultats lourdement pénalisés par la faiblesse des cours du baril de pétrole. Toutefois, le groupe pétrolier français est parvenu à augmenter de 5% sa production tout en réalisant d'importantes réductions de coûts.

Des chiffres meilleurs que prévu

Malgré une activité en repli de 17% à 37,2 milliards de dollars et un bénéfice net en baisse de 30% à 2,1 milliards de dollars, Total a ainsi surpassé les prévisions des analystes sondés par FactSet, qui tablaient plutôt sur un chiffre d’affaires de 30 milliards de dollars et un bénéfice net de 1,9 milliards de dollars. Ces bons résultats sont pour RBC Capital Markets la preuve d’une "performance résiliente dans un environnement difficile".

Après un plus bas historique du Brent (en janvier dernier), "il est depuis en net rebond et a atteint une moyenne de 46 dollars par baril au deuxième trimestre. Total en a tiré parti", a souligné le PDG du groupe, Patrick Pouyanné, dans un communiqué publié ce jeudi 18 juillet.

De nouveaux projets d’exploitation

Le repli du bénéfice net du groupe a été partiellement compensé par une hausse de 5% de la production de pétrole, qui atteint plus de 2,4 millions de barils équivalent pétrole par jour. Une production en hausse grâce au lancement de nouveaux projets comme Laggan-Tormore en mer du Nord britannique, Vega Pleyade en Argentine et Gladstone LNG en Australie. D'autres projets suivront au second semestre, si bien que la production devrait croître de 4% en 2016.

Face à la dégringolade du pétrole et à la montée en puissance des énergies renouvelables dans le monde, Total souhaite accroître, d'ici à 2035, sa présence dans la chaîne du gaz, de l'électricité et des énergies vertes - des activités qui seront regroupées dès septembre dans la nouvelle branche "Gaz, renouvelables et électricité".

Cette stratégie s'est déjà traduite par le rachat de Saft, spécialiste français des batteries, et du fournisseur belge d'électricité et de gaz Lampiris.

Farès Bendjouadi avec Agence