BFM Business

Technip profite du boom du pétrole brésilien

Une plateforme pétrolière à Angra Dos Reis, ville brésilienne de l'Etat de Rio de Janeiro.

Une plateforme pétrolière à Angra Dos Reis, ville brésilienne de l'Etat de Rio de Janeiro. - -

Le spécialiste français de la gestion de projets industriels a annoncé ce lundi 12 août avoir remporté huit contrats avec le Brésilien Petrobras. Une belle opération dans une superpuissance pétrolière en devenir

Bel été pour Technip au Brésil. Ce lundi 12 août, le parapétrolier a annoncé avoir remporté huit contrats auprès de la compagnie pétrolière brésilienne Petrobras, pour un montant de 1,35 milliard d'euros. En juin dernier, le Français, spécialiste de la gestion de projets industriels, avait déjà décroché un contrat de 500 millions d'euros dans les eaux auriverde. Ces opérations témoignent du boom actuel du pétrole brésilien.

Si les réserves découvertes ces dernières années sont confirmées, le Brésil deviendra une superpuissance pétrolière, à l'égal du Venezuela. "Le Brésil devient majeur", disait ainsi le patron de Total au Brésil. Une petite phrase qui en dit long, car la major française est longtemps restée sceptique sur le potentiel du plus grand pays d'Amérique latine. Aujourd'hui, plus personne n'en doute : le pays est devenu incontournable sur la carte mondiale des richesses pétrolières.

90 milliards de barils en réserve

Tout a basculé en 2007, avec la découverte d'un bassin présalifère au large de Rio. Selon les estimations, à quelque 7.000 mètres sous le niveau de la mer, l'équivalent de 80 milliards de barils seraient enfouis sous une épaisse couche de sel.

Et ce n'est pas tout : en mai dernier, l'agence nationale du pétrole brésilienne a mis aux enchères près de 300 zones d'exploration. Cette fois-ci, plus au nord du pays. Une "nouvelle frontière", riche de 9 milliards de barils, que se sont disputées 64 compagnies nationales et internationales. Les différents appels d'offres ont rapporté 1,4 milliard de dollars à l'Etat brésilien.

Si ces réserves sont confirmées, le Brésil entrerait dans la cour des très grands : avec ces 90 nouveaux milliards de barils de pétrole, le pays aurait des ressources proches de celles de son voisin vénézuélien. Une chose est déjà sûre, on s'arrache ces nouveaux gisements : pour remporter une zone proche de la Guyane, Total a payé une prime de 3.700%...

Thomas Sasportas