BFM Business

Schneider Electric se renforce en Inde

L'opération reste soumise à la validation du gendarme de la concurrence indien et des autorisations réglementaires.

L'opération reste soumise à la validation du gendarme de la concurrence indien et des autorisations réglementaires. - Eric Piermont / AFP

Schneider Electric a annoncé le rachat de la branche électrique du groupe indien d'ingénierie Larsen and Toubro pour environ 1,75 milliard d'euros, en partenariat avec un fonds singapourien. Avec cette opération, l'Inde deviendra pour l'industriel français le troisième plus grand marché en terme de revenus.

Schneider Electric a annoncé mardi le rachat de la branche électrique du groupe indien d'ingénierie Larsen and Toubro pour 140 milliards de roupies, soit environ 1,75 milliard d'euros, en partenariat avec le fonds souverain singapourien Temasek.

En fusionnant cette activité avec sa division du même type en Inde, Schneider Electric va créer une nouvelle entité dont il détiendra 65% des parts et Temasek 35%, a précisé dans un communiqué le groupe français, spécialiste de la gestion d'électricité et de l'automatisation du secteur.

La branche électrique du groupe indien ("Electrical and Automation") propose des appareillages basse et moyenne tension, des systèmes et équipements électriques, des solutions de gestion de l'énergie, de comptage et d'automatisation industrielle, a détaillé Schneider Electric, dans son communiqué. Elle est également présente au Moyen-Orient et en Asie du Sud-Est.

L'Inde, troisième plus grand marché

Avec cette opération, l'Inde deviendra pour Schneider Electric le troisième plus grand marché en terme de revenus, à égalité avec la France, avec un chiffre d'affaires annuel d'environ 1,6 milliard d'euros.

"En réunissant les activités de Schneider Electric Electric India" et celles de Larsen and Toubro, "nous créons une société innovante dans le domaine de la gestion de l'énergie et de l'automatisation industrielle dans l'une des économies les plus importantes et à la croissance la plus rapide du monde, l'Inde", s'est félicité le PDG de Schneider Electric, Jean-Pascal Tricoire, cité dans le texte.

"Notre société combinée contribuera activement à rendre l'Inde verte, numérique et à renforcer son rôle en tant que centre de recherche et développement, et de production", a-t-il ajouté.

L'opération reste soumise à la validation de la Commission de la concurrence en Inde ainsi qu'à différentes autorisations réglementaires. 

J.-C.C. avec AFP