BFM Business

RTE met fin à 80 ans de relation électrique entre Cannes et Fréjus

La ligne 63.000 volts reliant Fréjus à Cannes vient d'être démantelée par le gestionnaire du réseau électrique RTE

La ligne 63.000 volts reliant Fréjus à Cannes vient d'être démantelée par le gestionnaire du réseau électrique RTE - Hélios Image - Roland Grunchec

"Gestionnaire des lignes françaises à haute et très haute tension, RTE vient de procéder au démantèlement de celle de 63.000 volts reliant depuis 1936 les villes de Fréjus et Cannes. "

Le massif protégé de l’Estérel retrouve sa beauté. Conséquence directe de la mise en service au printemps 2015 par Réseau Transport d’Électricité du "filet de sécurité Paca", la ligne haute-tension Fréjus-Cannes n'est plus utilisée. Désormais l’approvisionnement en électricité des départements du Var et des Alpes-Maritimes est assuré au moyen de trois liaisons souterraines de 225.000 volts.

Au terme de deux ans de préparation et en concertation avec les collectivités locales concernées, l'Office national des forêts et le Syndicat intercommunal de protection du massif de l'Estérel, RTE vient de supprimer les vestiges de cette ligne électrique longue de 20 kilomètres, dont 16.000 mètres étaient situés au cœur des massifs de l'Estérel et du Tanneron. 

Un appui aérien nécessaire 

Considéré comme une véritable opération de dépollution sur site, le démantèlement de cette ligne à haute-tension s'est déroulé en trois étapes. Les équipes de RTE Méditerranée ont d'abord procédé à la dépose des câbles électriques, en utilisant un système de déroulage sous tension mécaniqueafin que les fils ne tombent pas au sol. Évitant ainsi d'abîmer la flore recensée sur le massif.

Dans un deuxième temps, les techniciens ont procédé à la dépose des supports, c'est-à-dire des pylônes. Pour y parvenir, ils ont reçu le renfort d'un hélicoptère Superpuma de la société Airtelis, la filiale du groupe en charge des travaux héliportés. Préalablement découpés en plusieurs tronçons, 50 pylônes sur les 64 que comportait cette ligne ont été déposés par les airs. Les autres, généralement situés dans des propriétés privées ou à proximité d'habitations, ont été enlevés d'une manière plus classique, par des grues.

Enfin, ce sont les fondations qui ont été attaquées. Ces socles, construits au milieu des années 30, comprennent entre 4 et 15 tonnes de béton chacun.

Des déchets prochainement revalorisés à 99%

RTE évalue a plus de 1.000 tonnes le poids total des équipements démontés. L'entreprise s'est engagée à en faire recycler 99%. Plusieurs contrats ont d'ailleurs été conclus avec des sociétés de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur pour y parvenir. Les métaux composant les pylônes seront réutilisés en aciérie. Le béton extrait des fondations sera transformé en granulats. Quant au verre issu des isolateurs, il servira à fabriquer de la laine de verre.

Antonin Moriscot