BFM Business
Energie

Royaume-Uni, Allemagne... Comment nos voisins se préparent à d'éventuelles coupures d'électricité

Comme en France, les pays voisins ont mis en place des plans de réduction de consommation énergétique. Avec, dans certains cas, des mesures radicales envisagées en cas de risques de coupures.

En pleine crise énergétique, l'Europe passe à la sobriété. Réacteurs nucléaires à l'arrêt, interruption de l'approvisionnement en gaz russe... Si la France a établi plusieurs scénarios pour se préparer à d'éventuelles coupures d'électricité cet hiver, d'autres pays proches de nous ont également pris leurs précautions pour éviter le blackout.

En effet, "il y a quelques risques" chez nos voisins, même s'ils "sont moins élevés qu'en France où on a ce problème avec le parc nucléaire qui produit peu alors que les autres pays ont des centrales à charbon et des centrales au gaz, ce qui n'est pas glorieux pour autant", a expliqué sur BFMTV Nicolas Goldberg, expert en énergie chez Colombus Consulting.

• Royaume-Uni: des coupures en cas d'hiver très froid

Outre-Manche, un plan d'urgence énergétique prévoit de possibles coupures dans les foyers et entreprises britanniques entre 16h et 19h durant les jours "vraiment, vraiment froids" en janvier et février, selon John Pettigrew, patron du gestionnaire du réseau National Grid. Dans ce cas, les habitants seront prévenus 24 heures à l'avance.

Toutefois, le Royaume-Uni n'envisage pas de telles coupures dans son scénario de base. Ces mesures interviendraient uniquement en cas d'hiver particulièrement froid combiné à des pénuries de gaz permettant de faire tourner certaines centrales.

Fin novembre, le National Grid a failli activer la première étape de plan d'urgence en raison d'un approvisionnement insuffisant lié à la faiblesse des vents et au retard de la remise en service des réacteurs nucléaires français. Ce premier palier aurait consisté à payer certains ménages en contrepartie d'une réduction de leur consommation en fin d'après-midi. Une opération qui n'aura finalement pas été nécessaire.

Selon le pire prévisionnel évalué par le gouvernement dans ses planifications, le Royaume-Uni pourrait faire face à un déficit d'électricité équivalent à un sixième de la demande "de pointe". Dans ce scénario, le fort besoin en électricité entraîné par la chute des températures serait aussi accompagné d'une réduction des importations de gaz en provenance de la Norvège et d'électricité de France.

Cette situation extrême forcerait alors la Grande-Bretagne à appliquer des coupures d'électricité pendant quatre jours au total, rapporte Bloomberg. Même si ces mesures ne sont pas envisagées dans le scénario de base du gouvernement, leur évocation démontre bien l'importance de la gestion de l'énergie dans les prochains mois.

• Allemagne: "une crise du système électrique très peu probable"

Comme dans la plupart des autres pays, l'Allemagne a pris des mesures pour réduire sa consommation énergétique, comme la baisse de la température dans les bâtiments publics. Pour autant, "une crise du système électrique à l'hiver 2022/2023 est très peu probable", même si "elle ne peut être totalement exclue pour le moment", selon le gouvernement.

L'agence gouvernementale pour la protection civile et l'assistance propose pour l'heure une simple formation pour aider les habitants à gérer une situation de coupure d'électricité, en leur conseillant par exemple d'avoir de l'argent liquide sur eux pour faire face aux pannes de distributeurs automatiques ou de préparer un sac d'urgence avec une lampe torche.

Localement, plusieurs villes invitent aussi les habitants à se préparer à d'éventuelles coupures de courant même s'il n'y a "pas lieu de s'inquiéter" à ce stade, selon la ville fédérale de Bonn qui prévoit en cas de blackout de mettre "en place environ 50 points de signalement d'urgence où les citoyens pourront (...) recevoir des informations importantes". "Les centres de signalement d'urgence seront reliés au centre de contrôle des pompiers et des services de secours par radio afin que l'aide puisse être fournie rapidement en cas d'urgence", précisent les services de la ville qui liste sur son site internet les adresses pour trouver ces points.

• Espagne: un risque de coupure extrêmement faible

De l'autre côté des Pyrénées, le gouvernement a exclu la possibilité de pannes d'électricité majeures cet hiver. Un plan d'économies d'énergie de 73 mesures baptisé "Plus de sécurité énergétique” a tout de même été présenté il y a quelques semaines conformément à l'objectif de réduction de la consommation fixé avec les autres Etats membres de l'Union européenne.

Il prévoit notamment l'extinction de l'éclairage des vitrines et bâtiments publics à partir de 22 heures ainsi que la limtation du chauffage à 19 degrès dans les bars, les magasins et les bureaux.

Le risque de coupure demeure toutefois extrêmement faible. La situation géographique de l'Espagne avec des journées plus longues et des températures moins fraiches l'hiver joue en effet en sa faveur. Sans compter que le pays était moins dépendante du gaz russe que ses voisins avant le début de la guerre en Ukraine. Par ailleurs, le pic de consommation en Espagne est plus tardif que dans le reste de l'Europe, aussi bien le matin (entre 8 et 11 heures) que le soir (entre 21 heures et 23 heures).

• Italie: un couvre-feu énergétique en cas d'urgence

L'Italie a également mis en place un plan d'économies d'énergie comprenant des mesures "classiques" comme la baisse du chauffage dans les bâtiments publiques. Cependant, des actions plus radicales sont envisagées en cas d'urgence.

Parmi elles, des coupures de l'éclairage public ou encore un couvre-feu énergétique qui contraindrait les magasins à fermer leurs portes à 19 heures et les discothèques à 23 heures. Le plan italien prévoit également la possibilité de rouvrir des centrales à charbon.

https://twitter.com/paul_louis_ Paul Louis Journaliste BFM Eco