BFM Business

Performance énergétique: une première dans un HLM

La  résidence HLM de la Saussaie à Vitry-sur-Seine est passée de la catégorie énergétique E à la plus performante, A.

La résidence HLM de la Saussaie à Vitry-sur-Seine est passée de la catégorie énergétique E à la plus performante, A. - -

Le rôle de l'utilisateur est déterminant pour le bon fonctionnement d'un immeuble. C'est ainsi que des contrats de performances énergétiques voient le jour entre habitants et gestionnaires. Le premier signé dans le logement social se révèle très engageant.

En matière d'énergie, les habitants doivent s'impliquer dans leur immeuble. C'est le constat dressé par tous les professionnels de l'immobilier au regard des nouvelles normes fixées par le Grenelle de l'Environnement. Pour rapprocher les locataires des gestionnaires, des contrats de performance énergétique sont mis en place.

Depuis 2010, la résidence HLM de la Saussaie à Vitry-sur-Seine, dans le Val de Marne, a mis un place un tel contrat. La résidence n’avait pas été rénovée depuis sa construction en 1965, et les travaux de réhabilitation menés par Brézillon, filiale de Bouygues Bâtiment Ile-de-France et Cogemex, ont duré 18 mois.

Ils comprenaient notamment la régulation et l'optimisation des réseaux de chauffage, la mise en place de panneaux solaires, qui ont permis un gain de 30% de coût de production de l’eau chaude sanitaire, l’isolation thermique par l’extérieur, le remplacement des menuiseries extérieures ou encore la création d’une toiture végétalisée.

Le montant des travaux de rénovation énergétique s'élève à 9 millions d'euros dont 4 millions pour les économies d'énergie. Avec cette particularité de taille: la présence permanente des habitants pendant l'opération.

C'est donc dans ce contexte que LogiRep, filiale de Polylogis, qui construit et gère des logements destinés aux familles à revenus modestes, a mis au point avec Brézillon un contrat de performance énergétique.

Dans les faits, le groupement s’engage à assurer jusqu'à la fin 2016 la maintenance des équipements énergétiques et à garantir une économie d’énergie de 40% après travaux, en matière de chauffage et d’eau chaude sanitaire.

Il prévoit aussi la participation financière des locataires aux travaux d’économie d’énergie par la mise en place d’une troisième ligne de quittance ou encore le principe du partage de l’économie de charges entre le bailleur et le locataire.

28 euros d'économie par mois

Au bout d'un an, les résultats sont plus qu'encourageants. Plus de 50% d’économie réelle sur la consommation de chauffage et d’eau chaude ont été réalisés. Philippe Vereecke, directeur Réhabilitation de Brézillon, rappelle qu'une baisse de 40% était prévue à l'origine. L'objectif est donc dépassé.

Cela se répercute directement sur la facture. Le contrat de performance énergétique permet de dégager plus de 40 euros d’économie par mois, dont 28 euros au bénéfice direct du locataire.

L'échange fort avec les locataires a surtout marqué les acteurs de ce projet. Tous les habitants ont été engagés dans la démarche à travers des réunions d’information, des groupes de travail. Un sociologue était présent. Une équipe de jeunes appelés "les ambassadeurs du développement durable" sont allés à la rencontre des familles. Un "guide de la réhabilitation" a été distribué ainsi qu'un livret des gestes verts.

Un site internet dédié à la résidence a même été mis au point: les locataires peuvent suivre en temps réel et aisément leurs consommations individuelles. Philippe Vereecke explique que des locataires parfois peu ou pas initiés ont été convaincus au final: "ce sont des gestes citoyens qui se sont mis en place."

Le contrat de 4 ans est appelé à se renouveler. Brézillon et Polylogis voient toutes les raisons de poursuivre sur cette lancée. Pour Polylogis, cette résidence HLM à Vitry-sur-Seine dans le Val de Marne est d'ailleurs un laboratoire au niveau européen.

Nathalie Croisé de BFM Business