BFM Business

Montebourg prêt à s’allier "contre les Allemands" pour le stockage d'électricité

Arnaud Montebourg a lancé un appel à idées dans le domaine du stockage de l'énergie.

Arnaud Montebourg a lancé un appel à idées dans le domaine du stockage de l'énergie. - -

Arnaud Montebourg a lancé un appel à idées pour le stockage de l'électricité, une technologie nécessaire pour développer les énergies renouvelables. Il a évoqué la possibilité d'alliances avec d'autres pays, pour développer la recherche.

Avec le développement des énergies renouvelables, une nouvelle question se pose: celle du stockage de l’énergie produite. Comment réussir à stocker l’électricité lors des fortes périodes d’ensoleillement ou de vent pour pouvoir ensuite la réinjecter dans le réseau quand la demande augmente?

Pour répondre à ce problème, Arnaud Montebourg a lancé un appel à projets, ce mardi 5 novembre. "Nous allons faire un appel à idées, où nous allons utiliser l'argent du grand emprunt, le programme d'investissement d'avenir, pour financer des démonstrateurs dans des technologies nouvelles et innovantes de stockage d'énergie", a annoncé le ministre du Redressement productif.

L’appel à projets innovants devraient se terminait à la fin du premier trimestre 2014, ce qui laisse un peu moins de six mois aux sociétés intéressées. Les projets doivent permettent de stocker des quantités massives d’électricité avec un coût compétitif.

Des alliances nécessaires?

Les pays industrialisés sont actuellement en compétition pour développer ces nouvelles solutions. Le secteur pourrait représenter une importante source de croissance pour la France. Arnaud Montebourg a appelé à de possibles alliances avec la Corée du Sud ou le Brésil, si une alliance avec l’Allemagne n’était pas possible sur le sujet.

"Les Allemands ont préféré faire une alliance avec les Chinois contre nous dans le photovoltaïque. Je n'hésiterai pas à faire des alliances contre les Allemands ou contre des Européens avec d'autres pays du monde, si on nous le demande. Que cela soit dit, puisque l'Europe c'est ‘self service’ ", a vivement réagi le ministre.

A.D. avec AFP