BFM Business

Les syndicats d'Areva s'inquiètent de l'accord passé avec la Chine

Areva rassure les salariés: l'accord avec la Chine n'est pas encore finalisé

Areva rassure les salariés: l'accord avec la Chine n'est pas encore finalisé - -

Les employés du groupe français craignent que les transferts de technologie accordés à la Chine ne détruisent à terme des milliers d’emplois. Ils réclament davantage d’informations.

Les syndicats d'Areva s’inquiètent de l'accord stratégique signé entre l'entreprise nucléaire française et la Chine !

Le comité de groupe européen d'Areva menace de saisir la justice s'il n'obtient pas une copie de cet accord, qui, d'après les représentants des salariés, pourrait menacer les intérêts français.

Au cœur de cette fronde des salariés se trouve donc l’accord stratégique signé, il y a un mois, entre le duo EDF-Areva et CGNPC, un consortium nucléaire chinois.Ce texte prévoit d'élaborer en commun avec la Chine un nouveau réacteur de troisième génération. Mais les syndicats affirment ne pas avoir été informés de cette décision stratégique, ce qui est contraire à la loi.

Des inquiétudes sur les transferts de technologies

Voilà pourquoi ils demandent aujourd'hui à Luc Oursel, le PDG d'Areva, une copie du protocole d'accord. Les syndicats veulent, avant tout, en savoir plus sur l'étendue des transferts de technologies accordés aux Chinois.

Selon eux, Pékin pourrait se passer très rapidement de la technologie française, si les échanges de compétences vont trop loin.

A terme, des milliers d'emplois chez Areva seraient menacés par la concurrence chinoise. De son côté, la direction d'Areva affirme avoir informé les syndicats, il y a un an, et assure que cette accord stratégique n'est pour l'instant que dans une phase préliminaire.

Simon Tenenbaum