BFM Business

Les principaux producteurs de pétrole s'accordent sur une augmentation de la production

Les prix du pétrole s'étaient effondrés en avril 2020 avec la propagation du coronavirus

Les prix du pétrole s'étaient effondrés en avril 2020 avec la propagation du coronavirus - AFP

Réunis en vidéoconférence, les 23 membres du groupe Opep+ ont décidé d'augmenter modestement leur production de 400.000 barils par jour à partir du mois d'août.

Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), dont le siège est à Vienne, et leurs alliés avec lesquels ils forment l'Opep+ se sont réunis dimanche en vidéoconférence. Ils ont convenu de continuer à augmenter modestement leur production à partir du mois d'août, a annoncé l'Opep dans un communiqué, surmontant le blocage d'un accord par les Émirats arabes unis au début du mois.

L'accord prévoit que les 23 membres du groupe Opep+ augmentent leur production de 400.000 barils par jour (bpj) à partir du mois d'août, selon le communiqué, afin de contribuer à alimenter la reprise économique mondiale alors que la pandémie s'atténue.

L'organisation "évaluera l'évolution du marché" en décembre, a ajouté l'Opep. Cet accord repousse par ailleurs d'avril 2022 à la fin de l'année 2022 la date limite de plafonnement de la production.

Faire rebondir le prix de l'or noir

Cette décision était attendue par les analystes car "une rafale de pourparlers a eu lieu samedi pour tenter de combler le désaccord", a tweeté Herman Wang, spécialiste de l'industrie énergétique chez S&P Global Platts.

L'Opep+, emmenés par l'Arabie saoudite et la Russie, avaient dû annuler la réunion prévue le 5 juillet en raison d'un désaccord entre Ryad et les Emirats arabes unis. Son intention était d'augmenter la production globale de pétrole d'au moins 400.000 barils/jour entre août et décembre et de reporter d'avril 2022 à fin 2022 la date limite de plafonnement de la production. Mais les Émirats arabes unis avaient qualifié l'accord proposé d'"injuste", conduisant à une impasse.

Les prix du pétrole, déjà en recul en raison des inquiétudes concernant l'économie mondiale, s'étaient effondrés en avril 2020 avec la propagation du coronavirus qui a mis à mal les chaînes de consommation, de transport et d'approvisionnement mondiales.

L'Opep+ avait décidé de retirer 9,7 millions de bpj du marché et de rétablir progressivement l'approvisionnement d'ici à la fin avril 2022, contribuant à faire rebondir le prix de l'or noir.

PS avec AFP