BFM Business

Les atouts du bois: la plus grande centrale biomasse de France dans la Somme

C'est dans la Somme que la plus grande centrale biomasse a commencé à produire de l'électricité et à fournir de la chaleur fin septembre

C'est dans la Somme que la plus grande centrale biomasse a commencé à produire de l'électricité et à fournir de la chaleur fin septembre - -

François Hollande a affirmé lors de la deuxième conférence environnementale que la biomasse devait être valorisée en France et la filière bois soutenue. Une centrale biomasse vient d'entrer en action dans la Somme, à Estrée-Mons. C'est la plus grande du genre: elle a été mise au point par Akuo Energy.

L'usine flambant neuf fait la fierté d'Akuo Energy, et pourtant il a fallu du temps pour en arriver là. C'est en 2006 que l'idée a germé. Deux ans auront été nécessaires pour franchir la première étape et l'attribution officielle, autant pour l'autorisation puis, en 2011, c'est l'étape du financement.

Le projet aura coûté 80 millions d'euros. Une grande partie de cet argent provient de la Caisse d’Épargne Picardie très impliquée dans le financement des initiatives locales en matière d'énergies renouvelables. L'industriel Ajinomoto, grand nom de l'agroalimentaire y a aussi apporté son soutien financier. Il faut dire que ce site lui offre un gain considérable en matière énergétique. Cette centrale biomasse lui fournit chaleur et électricité mais aussi eau chaude et eau froide.

Ce sont donc 240 000 tonnes de bois qui vont alimenter la centrale à l'année. Une cinquantaine de fournisseurs travaille pour le site, tous sont situés moins de 150 kilomètres à la ronde. Car le cahier des charges en la matière est très précis et doit être respecté à la règle.

700 emplois pérennisés

Une fois le bois arrivé sur le site, il est passé au crible (l'humidité est l'ennemi de la centrale), broyé, réduit en plaquettes qui finissent dans un gigantesque four à 1.000 degrés.

Akuo Biomasse, filiale d'Akuo Energy a mis au point le système le plus pointu dans ce domaine. Il s'appuie sur le savoir- faire américain de Detroit Stocker Company (la filière n'est pas encore structurée en France). La vapeur est évacuée par 13 tuyaux sur 600 mètres de long. Direction, l'usine à proximité. Terreos qui travaille avec Ajimoto profite également de l'aubaine.

Michael Kervran, membre du directoire de la Caisse d'épargne Picardie, est séduit par la démarche non seulement environnementale mais aussi créatrice d'emplois locaux : 50 nouveaux sans parler des 700 pérennisés grâce à des économies d'énergie.

Déjà une deuxième centrale est en préparation pour 2014. Elle alimentera Bonduelle. De là à imaginer que cette vapeur permettra de cuire les petits pois de la marque...

Nathalie Croisé de BFM Business