BFM Business

Le gendarme de l'énergie recommande une baisse des prix du gaz en juillet

La CRE estime que les coûts supportés par Engie ont été moins élevés que prévu.

La CRE estime que les coûts supportés par Engie ont été moins élevés que prévu. - Pierre Andrieu - AFP

La Commission de régulation de l'énergie préconise une baisse de 4,3% du prix du gaz en juillet. La CRE estime qu'ils sont bien trop élevés par rapport aux coûts réels d'Engie.

Le gendarme français de l'énergie a annoncé vendredi avoir recommandé une baisse de 4,3% des tarifs réglementés du gaz naturel au 1er juillet, notamment en raison d'écarts "significatifs" entre les recettes d'Engie issues de ces tarifs et ses coûts réels. L'avis de la Commission de régulation de l'énergie (CRE) porte sur un projet d'arrêté qui doit être pris ultérieurement par le gouvernement.

Début juin, la CRE avait déjà annoncé qu'elle allait proposer une baisse des tarifs réglementés du gaz d'au moins 3,5% en juillet, estimant nécessaire d'appliquer un "rattrapage" au profit des consommateurs, en raison des écarts "significatifs" entre les recettes découlant de ces prix et les coûts réellement supportés par Engie, finalement inférieurs à ce qui avait été anticipé.

Modifier la formule de calcul

Les tarifs réglementés du gaz consistent en un prix de détail, qui n'inclut pas encore les diverses taxes, mais comprend les coûts d'approvisionnement d'Engie, révisés mensuellement, et les coûts hors approvisionnement (transport, distribution, stockage et coûts commerciaux) dont le poids dans les tarifs réglementés de vente est révisé chaque été.

Dans le détail, la baisse des tarifs préconisée par la CRE comprend une diminution de 1,3% liée à la correction au titre des écarts constatés entre les recettes et les coûts d'Engie. L'évolution des coûts d'approvisionnement d'Engie sur les 12 derniers mois induit une baisse supplémentaire de 1,8%, tandis que l'évolution de ses autres coûts induit un autre rabais de 1,2%. Cela porte le total de la baisse proposée à 4,3% pour juillet.

L'autorité administrative indépendante a par ailleurs recommandé de modifier la formule de calcul de l'évolution des coûts d'approvisionnement en gaz naturel d'Engie, en élevant à 82,1% contre 77,6% actuellement le niveau de son indexation sur le marché de gros du gaz naturel. La nouvelle formule envisagée révise aussi à la baisse le niveau d'indexation associé au taux de change euro-dollar. Ces changements de formule de calcul devront faire l'objet d'un arrêté du gouvernement distinct de celui portant sur l'évolution tarifaire de juillet.

N.G. avec AFP