BFM Business

L'éolien, "un modèle économique sur lequel il faut travailler"

La rentabilité de l'énergie éolienne pourrait être remise en cause par les coûts de raccordement et la fin du tarif d'achat.

La rentabilité de l'énergie éolienne pourrait être remise en cause par les coûts de raccordement et la fin du tarif d'achat. - -

Entre les coûts de raccordement au réseau électrique et la menace qui pèse sur le tarif de rachat, l'énergie éolienne est dans une mauvaise passe. Mais les professionnels du secteur, réunis au colloque national éolien ce 10 octobre, restent confiants.

Au colloque national sur l’éolien, qui s'est tenu les 9 et 10 octobre, aucune inquiétude se lit sur les visages. Pourtant, la Commission européenne doit rendre en novembre un avis sur le tarif de rachat de l'électricité par EDF. En cas d’annulation de ce tarif pour l’énergie éolienne, toute la filière serait mise à mal.

Concrètement, le système actuel prévoit qu’EDF rachète l’électricité produite par l’éolien terrestre à raison de 8,2 centimes le kWh. Pour la Commission européenne, cela correspond à une aide d’Etat. La France aurait donc dû notifier à Bruxelles cette mesure, ce qu’elle n’a pas fait.

Lundi, un responsable du ministère de l’Energie avait affirmé qu’il n’était "pas question" de remettre en cause ce tarif d’achat. Mais dans les allées du colloque de l’association France Energie Eolienne (FEE), on s’inquiète surtout des conséquences d’une possible décision en Allemagne.

En effet, si les Allemands décident de renoncer à leur tarif de rachat (fixé à 8 centimes le kWh), la Commission européenne pourrait s’en servir pour inciter la France à faire de même. Dès lors, la rentabilité de certains sites serait remise en cause.

Le coût du raccordement

Deuxième problème, le raccordement au réseau électrique. Là encore, le coût est important: en moyenne 50.000 euros le mWh, avec des surcoûts qui peuvent aller jusqu’à 80.000 euros selon les régions.

Or, ce coût de raccordement est supporté à 80% par les porteurs de projets et à 20% par les gestionnaires du réseau. "Un partage égal des coûts de raccordement paraîtrait plus juste", souhaite Sonia Lioret, déléguée générale de FEE, l’association des professionnels du secteur qui organise la rencontre.

Dans les faits, les parcs éoliens les plus rentables et les plus faciles à raccorder l’ont déjà été. Le coût de raccordement des nouveaux sites seront donc plus élevés. "C’est un modèle économique sur lequel on travaille", explique François Brottes, député socialiste de l’Isère.

Un pacte industriel pour l'emploi

Les spécialistes de l’éolien se disent "favorables" à un pacte industriel pour l'emploi. Denis Baupin, vice-président écologiste de l’Assemblée Nationale, défend l’idée: "l’éolien apporte de bonnes réponses pour l’environnement, l’emploi et le pouvoir d’achat".

Nicolas Wolff, président de FEE, explique ainsi qu’un mWh d’énergie éolienne correspond à 1,4 emploi. Et outre les emplois directs, 150 PME et PMI françaises fournissent les pièces nécessaires à la fabrication des éoliennes.

Enfin, les parcs éoliens en exploitation ont rapporté 56,5 millions d’euros de recettes fiscales aux collectivités locales en 2012, selon l’association FEE.

Audrey Dufour