BFM Business

L'Egypte veut s'offrir une nouvelle capitale énergétique

Le président égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi cherche à attirer les investisseurs étrangers pour construire une nouvelle capitale administrative.

Le président égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi cherche à attirer les investisseurs étrangers pour construire une nouvelle capitale administrative. - Khaled Desouki - AFP

Le gouvernement égyptien veut construire une nouvelle capitale administrative qui dépendra d'énergies renouvelables. Un projet pharaonique dont la première phase coûterait 45 milliards de dollars et dans un délai de cinq à sept ans.

Visionnaire ou mégalomane? Le président égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi, a présenté ses plans pour la construction d’une nouvelle capitale, à l'est du Caire, pour la "modique" somme de 45 milliards de dollars.

Désengorger la plus grande métropole d’Afrique est le principal objectif du gouvernement égyptien. L’agglomération du Caire devrait atteindre 40 millions d’habitants en 2050.

La nouvelle capitale, qui n’a pas encore de nom, aura un périmètre de 700 kilomètres carrés dont 90km2 seront couverts d’installations solaires et de centrales électriques pour alimenter la ville qui dépendra "dans une large mesure" de ces énergies renouvelables a déclaré Mustapha Madbouli, ministre du logement. 

L’Egypte cherche à attirer des investisseurs étrangers 

Pour relancer son économie, l’Egypte cherche à attirer de nouveaux investisseurs. L’émir koweitien, le prince héritier saoudien et le vice-président émirati ont déjà investi 23 milliards de dollars pour ce projet. 

A Charm El-Cheikh, le président égyptien a également présenté son projet pour le "développement d’une économie durable" ouverte au secteur privé.

Le constructeur canadien de solaire SkyPower réalisera ainsi en collaboration avec les Compagnies de développement du Golf, 3GW (gigawatt) de centrales photovoltaïques.

L'entreprise Bahreïni Terra Sola construira 2GW de centrales solaires. Ces deux projets doivent à terme générer jusqu'à 5.000 MW d'électricité d'origine solaire. 

En outre, le conglomérat allemand Siemens a signé avec l'Egypte un accord pour la construction d’une centrale éolienne de 2GW de capacité.

Le groupe saoudien Acwa Power renforce sa position de gros investisseurs, en évaluant les différents projets de mise en place de 2 GW d’énergies renouvelables dont 1.5 GW de solaire et 500MW (mégawatt) d’éolien.

La réalisation de ces différentes centrales permet à l’Egypte de se rapprocher de son objectif: générer d’ici 2020, 20% de son énergie grâce aux sources renouvelables.​

Khadria Fouad-Djama