BFM Business

Gros plan social à venir chez Siemens

Siemens opère actuellement un recentrage stratégique

Siemens opère actuellement un recentrage stratégique - Michele Tantussi - AFP

Le groupe allemand envisagerait de supprimer 7.400 postes dans le monde entier dont un peu moins de la moitié en Allemagne, rapporte l'agence Bloomberg, ce jeudi 5 février.

Siemens s'apprêterait à réduire la voilure. Le conglomérat industriel allemand en plein recentrage de ses activités, envisage de supprimer environ 7.400 emplois dans le monde dont près de 3.300 en Allemagne, selon l'agence Bloomberg qui cite jeudi une source proche du dossier.

Cette coupe dans les effectifs, qui représente environ 2% de la masse salariale mondiale du groupe, pourrait être annoncée dans le courant de la semaine, ont indiqué, sous couvert d'anonymat, deux personnes informées de ce plan.

Le comité de finance du conseil de surveillance s'est réuni ce jeudi et mercredi pour finaliser les négociations, selon ces sources.Interrogé par l'AFP, Siemens a refusé de commenter.

Une réduction des coûts d'un milliard d'euros

Le patron du groupe, Joe Kaeser, avait présenté en mai 2014 un plan de réorganisation qui prévoit le regroupement de certaines divisions et la suppression d'échelons hiérarchiques afin de réduire ses coûts d'un milliard d'euros d'ici à 2016.

Siemens, qui compte plus de 300.000 employés, avait précisé qu'environ 7.600 postes -au sein des divisions qui disparaîtront- seraient concernés et 4.000 au niveau de l'organisation régionale.

Joe Kaeser avait alors indiqué qu'une rencontre entre la direction et les représentants du personnel était prévue début février.

Candidat malheureux à l'été 2014 au rachat du français Alstom, Siemens a décidé de se désinvestir de certaines activités, comme par exemple les appareils auditifs ou l'électroménager, pour se recentrer sur ses activités les plus porteuses, pour beaucoup autour de l'énergie, du matériel médical, des systèmes de numérisation pour l'industrie et des transports, avec notamment la construction du train à grande vitesse ICE.

J.M. avec AFP