BFM Business

GDF Suez "dément" prévoir de grosses acquisitions

Gérard Mestrallet prévoit des bénéfices nets de 3,1 à 3,5 milliards d'euros.

Gérard Mestrallet prévoit des bénéfices nets de 3,1 à 3,5 milliards d'euros. - -

Le PDG du groupe français, Gérard Mestrallet, a démenti les rumeurs qui circulaient sur le rachat du pétrolier canadien Talisman Energy, lors de ses vœux à la presse ce mardi 21 janvier.

GDF Suez continuera bien d'investir, notamment dans les économies émergentes, mais aucun projet d'acquisition de grande envergure n'est à l'horizon.

Gérard Mestrallet, PDG du groupe, a ainsi démenti, à l'occasion de ses vœux à la presse, ce mardi 21 janvier, les rumeurs qui circulaient hier dans la presse quant au rachat par GDF du pétrolier canadien Talisman Energy.

GDF Suez a acquis récemment plusieurs sociétés de services énergétiques au Brésil, au Chili et en Grande-Bretagne. Mais "ce sont des opérations de dimension moyenne. C'est ce que nous faisons de façon régulière", a expliqué le dirigeant, rappelant que son groupe avait prévu entre 7 et 8 milliards d'investissements bruts l'an dernier.

Des centrales à gaz européennes pourraient fermer

GDF Suez mène parallèlement des cessions d'actifs qui lui ont permis de réduire sa dette, ce qui lui permettra "le financement d'autres projets", a souligné Gérard Mestrallet.

La dette nette est passée sous la barre des 30 milliards d'euros à la fin septembre, avec 15 mois d'avance sur l'objectif fixé par le groupe.

Le groupe doit par ailleurs gérer sa restructuration en Europe, où la demande en électricité est en chute. Les bilans de certaines des centrales électriques à gaz européennes, qui ont trop émis en 2013, sont examinés de près.

"Cela ne veut pas dire que toutes ces centrales passées sous revue seront fermées", nuance le PDG, qui admet néanmoins que "si nous considérons qu'elles ne retrouveront jamais une situation de cash positive, nous les fermons définitivement".

Résultat de cette politique, Gérard Mestrallet confirme les prévisions d'un bénéfice net hors exceptionnels dans le "haut de la fourchette" de 3,1 à 3,5 milliards d'euros en 2013.

J.S avec AFP