BFM Business
Energie

Fioul deux fois plus cher: bientôt une aide pour aider les Français à faire le plein de leur cuve?

Une majorité de députés de l'opposition ont forcé la main du gouvernement pour sanctuariser 230 millions d'euros destinés à financer un coup de pouce aux ménages qui se chauffent au fioul.

Les députés viennent de voter une aide spécifique de 230 millions d’euros aux foyers qui se chauffent au fioul. Un coup de pouce supérieur à ce que le gouvernement était prêt à consentir. L’exécutif défendait un soutien financier de l’Etat aux ménages les plus modestes avec une enveloppe limitée à 50 millions d’euros. Mais les députés LR sont parvenus à faire voter avec une partie des autres groupes d'opposition un amendement prévoyant une enveloppe de 230 millions d'euros, afin que ce soutien financier puisse profiter à un plus grand nombre de foyers. Un vote qui doit encore être confirmé dans le cadre de l'examen parlementaire du projet de loi pouvoir d'achat, qui n'a pas encore été définitivement adopté.

De quoi aider tous les utilisateurs de chaudière au fioul? Les conditions de la distribution de ce coup de pouce de l’Etat ne sont pas précisées dans l'amendement voté. Mais si cette enveloppe budgétaire devait être répartie entre les 3,5 millions de ménages équipés de chaudière au fioul, le montant moyen de l'aide se limiterait à 65 euros. Une goutte d’eau par rapport au prix à payer pour faire remplir sa cuve.

Sur un an, le prix du fuel a quasiment doublé

En moyenne, pour un logement de 100 m2, avec un plein de 2000 litres on peut se chauffer de l’automne au printemps. Ces dernières années, ces 2000 litres, généralement achetés à la fin de l'été, représentaient une dépense oscillant entre 1400 et 1700 euros. Mais sur les douze derniers mois, le prix moyen du fioul a quasiment doublé. Il a atteint un pic en juin dernier avant de légèrement baisser. Ainsi, pour se faire livrer 2000 litres cette semaine, la facture va dépasser les 3000 euros.

Une facture bien supérieure à ce que paient les ménages qui se chauffent au gaz, à l’électricité, aux granules de bois ou, a fortiori, avec une pompe à chaleur. Et pour cause. Les Français équipés d'une chaudière au fioul sont les seuls à payer le vrai prix de l’énergie. Pour le gaz et l’électricité, il y a, jusqu'à la fin de l'année, le bouclier tarifaire (un blocage des prix financé par l’Etat). Et les automobilistes peuvent compter sur une ristourne générale qui va provisoirement passer à 30 centimes par litre de carburant.

Des aides pour remplacer sa chaudière

En même temps, on peut juger paradoxal d’aider financièrement les Français à payer leurs factures de fioul alors que l’objectif c’est de réduire la consommation d’énergie fossile et les émissions de gaz à effet de serre. Et ce, alors que jamais les aides pour s’équiper d’une pompe à chaleur n’ont jamais été aussi élevées. Pour les ménages les plus modestes, MaPrimRénov’ peut ainsi atteindre 5.000 euros. S’ajoute à cette aide, la prime à la conversion des chaudières, dont le montant maximal s’élève à 4.000 euros.

Quant au reste à charge, pour cet investissement dont le coût total oscille quand même entre 5.000 et 18.000 euros (selon la technologie choisie), il peut être lissé sur plusieurs mois voire années sans frais supplémentaires grâce au prêt à taux zéro. Donc entre payer 3000 euros de fioul pour se chauffer cet hiver ou passer à une pompe à chaleur qui revient à quelques centaines d’euros par an, cela mérite au moins de se pencher sur la question.

Pierre Kupferman
https://twitter.com/PierreKupferman Pierre Kupferman Rédacteur en chef BFM Éco