BFM Business

Fessenheim : l'épineux démantèlement d'une centrale nucléaire

Les estimations de coût de démantèlement de Fessenheim vont de 317 millions à... 2 milliards d'euros

Les estimations de coût de démantèlement de Fessenheim vont de 317 millions à... 2 milliards d'euros - -

Le conseil des ministres a nommé ce mercredi l’ingénieur Francis Rol-Tanguy délégué interministériel chargé du démantèlement de la plus vieille centrale française. Un poste délicat pour une mission inédite.

Son nom : Francis Rol-Tanguy. Sa mission : orchestrer la fermeture de la centrale de Fessenheim, la doyenne des centrales nucléaires françaises dans le Haut-Rhin en exploitation depuis plus de trente ans et située sur une zone sismique. Ce haut fonctionnaire de 59 ans a été nommé en conseil des ministres ce 12 décembre, trois mois après l'annonce par François Hollande de la fermeture en 2016 de la centrale. Le démantèlement en France, c'est une première. La mission de Monsieur Fessenheim, ça risque d'être un numéro d'équilibriste.

2000 ouvriers à reclasser

Il va falloir se mettre d'accord avec EDF, l'exploitant de la centrale, sur les conditions de ce démantèlement. Sur le plan social d'abord. Près de 2000 salariés sont concernées directement ou indirectement. François Hollande s'est engagé à préserver tous les emplois.

Sur le plan technique aussi. Il faut arrêter et détruire les deux réacteurs, puis traiter et évacuer les déchets. Une opération compliquée. La procédure administrative pourrait prendre cinq ans, estime un expert. Impossible dans ces conditions de respecter l'objectif de 2016.

Autre problème : cela coûte très cher. Le chiffre de 2 milliards d’euros réclamés par EDF à l'Etat a circulé dans la presse. Mais Henri Proglio a démenti. Le patron d'EDF estime plutôt à 317 millions d'euros le coût par réacteur. C'est beaucoup plus, selon la Cour des comptes.

Une chose est sûre : la France va devoir faire ses preuves sur ce marché du démantèlement des centrales très juteux. Au total 300 réacteurs dans le monde devront être arrêtés dans les 20 prochaines années

Alexis Pluyette