BFM Business

Eolien en mer: le face à face EDF-GDF Suez

EDF Energies Nouvelles et GDF Suez ont déposé des candidatures pour le second appel d'offres sur l'éolien en mer.

EDF Energies Nouvelles et GDF Suez ont déposé des candidatures pour le second appel d'offres sur l'éolien en mer. - -

Les entreprises avaient jusqu’à 14 heures, ce vendredi 29 novembre, pour déposer leur projet pour le second appel d’offres sur l’éolien en mer. Deux groupes se sont portés candidats: EDF Energies Nouvelles et GDF Suez.

Un nouveau combat des chefs s’annonce entre EDF et GDF Suez. Les deux groupes énergétiques français se sont tous deux portés candidats pour le second appel d’offres pour l’éolien en mer.

Les groupes intéressés avaient jusqu’à 14 heures ce vendredi 29 novembre pour déposer leur dossier auprès de la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Le gouvernement devrait rendre son jugement pour l’attribution des zones au printemps 2014.

> Qui sont les candidats?

D’un côté, EDF Energies Nouvelles s’est allié avec l’allemand WPD Offshore, et Alstom comme constructeur pour les futures éoliennes, le modèle Haliade 150 d’une puissance de 6 mégawatts. C’est déjà Alstom qui doit fournir les éoliennes pour les trois champs en mer remportés par le consortium EDF EN et Dong Energy, lors du premier appel d’offre.

De l’autre, GDF Suez rentente sa chance dans un consortium avec le portugais EDP Renovaveis et le français Neoen Marine. Le constructeur retenu pour cette candidature est Areva, avec une super-éolienne de 8 mégawatts. Pour le moment, seule la société danoise Vestas a produit un prototype d'une telle taille, qui n'est pas encore en service.

> Quelles sont les zones concernées?

Pour ce deuxième appel d’offres, deux zones ont été retenues: celle du Tréport en Haute-Normandie et celle des îles d’Yeu et de Noirmoutier dans les Pays de la Loire. Ces deux champs d’éoliennes représentent une capacité totale de 1.000 mégawatts, et doivent être mis en service entre 2021 et 2023.

La zone du Tréport était déjà présente dans le premier appel d’offres, mais elle n’avait pas été attribuée. Selon le ministère de l’Ecologie, le prix d’achat de l’électricité voulu par l’unique candidature du tandem GDF Suez-Siemens était trop élevé, et cela aurait entraîné "une surcharge de l’ordre de 500 millions d’euros" de la CSPE.

> Qui avait gagné le 1er appel d'offres?

EDF EN était sorti grand vainqueur du premier appel d’offres pour l’éolien en mer, en avril 2012. La filiale énergies renouvelables avait remporté l’exploitation de trois champs: Saint-Nazaire, Fécamp, et Courseulles-sur-Mer, en partenariat avec le danois Dong Energy.

Une quatrième zone, celle de Saint-Brieuc, avait été attribuée à l’espagnol Iberdrola. Ce dernier avait choisi une alliance entre Areva, Technip et STX pour fabriquer les éoliennes. Ces quatre champs éoliens doivent entrer en service pour 2018.

Audrey Dufour