BFM Business

"La France a une carte à jouer" dans l’éolien offshore

La France doit se positionner sur l'éolien offshore, analyse Olivier Ken.

La France doit se positionner sur l'éolien offshore, analyse Olivier Ken. - -

L'éolien sort lentement de la crise, d'après Olivier Ken, gérant à la Financière de Champlain. La France devrait se développer dans le secteur de l'éolien en mer, a-t-il expliqué sur BFM Business, ce vendredi 18 octobre.

Le vent tourne doucement pour l’éolien. Le secteur devrait sortir petit à petit de la crise, selon Olivier Ken, gérant à la Financière de Champlain. Interrogé sur BFM Business, le spécialiste du placement a estimé que les investissements dans l’éolien reviennent, surtout aux Etats-Unis.

Hausse des commandes de turbines

"On assiste depuis le deuxième trimestre à des signaux positifs, qui viennent de la demande et du marché américain", a analysé le spécialiste des marchés. Au cours de ce trimestre, les commandes de turbines ont augmenté de près de 25%, après 12 mois de baisse ininterrompue.

"Il y a un retour des investisseurs privés qui financent à nouveau des parcs éoliens, car les taux de retour sur investissement sont suffisamment attractif", a-t-il expliqué. Selon Olivier Ken, il ne faut pas non plus négliger l’effet calendaire: les Américains peuvent bénéficier de crédits d’impôts pour l'éolien jusqu'à la fin de l’année.

Le développement de l'éolien offshore

Et la France? Le pays "a sa carte à jouer", a estimé le chef économiste. "Il faut développer l’offshore, où certains grands leaders sont français, comme Areva (…) Les deux grands marchés dans les années à venir sont la France et le Royaume-Uni", a affirmé Olivier Ken.

Philippe Martin, ministre de l’Ecologie, avait évoqué un troisième appel d’offre pour l’éolien offshore début octobre. Cet appel d’offres pourrait être lancé dès 2014. Par ailleurs, le gouvernement a promis de maintenir le tarif de rachat de l’électricité éolienne par EDF, fixé à 82 euros le mégawattheure.

BFM Business