BFM Business

Des carburants à base de déchets pétroliers: le succès pour Ecoslops

Ecoslops a obtenu une certification pour ces carburants marins recyclés.

Ecoslops a obtenu une certification pour ces carburants marins recyclés. - Ecoslops

Ecoslops est le seul acteur capable de produire des carburants marins à partir de déchets pétroliers. Ces carburants recyclés viennent d'être récompensés pour leurs performances.

Les slops, ce sont ces déchets maritimes, ces boues qui proviennent des salles de machines des navires, des lavages des cuves des pétroliers et des eaux polluées de fonds de cale. Il est strictement interdit de les rejeter en mer. Généralement ces slops sont incinérés. Ils peuvent aussi servir occasionnellement de combustible pour des sites industriels comme les cimenteries.

Ecoslops a réussi le tour de force de mettre au point une technologie innovante qui permet d'en faire un carburant. Ces carburants recyclés viennent d'être récompensés pour leurs performances. Ils répondent aux critères de la norme internationale ISO 8217 qui spécifie les exigences relatives aux combustibles pétroliers.

Une réussite de plus pour cette entreprise qui a effectué une entrée en bourse réussie il y a un mois, en levant 18 millions d'euros de plus que prévu. Michel Pingeot, l’ancien PDG de Heurtey Petrochem s'est lancé dans cet aventure avec l'un des ses amis Jean-Claude Company, ancien patron du pôle Raffinage de Total.

La technologie avait déjà été mise au point au sein de Heurtey Petrochem, elle a été enrichie notamment par un procédé overflash qui augmente le rendement. Au final 200 tonnes de slops donnent 80 tonnes de carburant. Aucun groupe n'est en mesure à l'heure actuelle de fournir un carburant de la même qualité. Il peut être réutilisé dans les navires.

C'est à Sinès 1er port portugais que la première usine d'Ecoslops a vu le jour. La PME française y a obtenu l’exclusivité de la collecte des déchets pétroliers. L'objectif fixé est de 19.200 tonnes de carburant recyclé par an.

Au moins 3 autres projets

L’analyse qui vient d'être effectuée par le cabinet indépendant SGS a permis d’établir que les caractéristiques du Distillate Marine Fuels et du Residual Marine Fuel produits par Ecoslops sont bien supérieures à celles annoncées. Ils possèdent même des qualités bien supérieures à celles requises par l’ISO 8217 en ce qui concerne des paramètres particulièrement importants pour la bonne performance des groupes propulseurs des navires tels que la viscosité ou encore l’indice de cétane.

Cette certification indépendante permet à la société d’intégrer le marché mondial de ce que l'on appelle le "bunkering" autrement dit l'avitaillement avec des prix de référence en rapport avec la qualité des carburants produits.

Le groupe vise trois autres projets d'ici 2 ans dont un à Singapour et un autre à Abidjan. Une implantation en France n'est pas exclue, même si le projet semble plus complexe à mettre en place.

Ecoslops affiche des pertes de plus de 5 millions d’euros depuis sa création mais en 2016 le groupe pourrait atteindre le point mort. La baisse du prix du baril de pétrole n'inquiète pas son PDG Michel Pingeot. Il estime qu'il n'y aura pas d'impact à terme. "Ecoslops atteint la rentabilité opérationnelle dès que le baril dépasse 35 dollars" Le marché est conséquent: 98 millions de tonnes de déchets marins sont produites chaque année.

Nathalie Croisé