BFM Business

Danone ne veut plus émettre un seul gramme de carbone

Le géant de l'agroalimentaire Danone travaille depuis quinze ans déjà à la réduction de son empreinte carbone. À quelques semaines de la COP21, la firme vient d'annoncer son intention d'atteindre la "neutralité carbone" à l'horizon 2050.

Nouvelle politique climat pour le leader mondial des produits laitiers. Conscient que le réchauffement climatique porte atteinte aux activités de sa société, "directement liées à la nature et à l’agriculture", Emmanuel Faber, directeur général de Danone souhaite que celle-ci– déjà investie dans ce domaine– se préoccupe encore plus des questions environnementales.

La direction vient donc de présenter un double objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de l’entreprise, qui a émis en 2014 près de 18,8 millions de tonnes de CO2.

Selon ce plan, Danone devrait réduire de 50% ses émissions de gaz à effet de serre sur la période 2015-2030. Au-delà de 2050, il est question que tout l'écosystème de l'entreprise- c'est-à-dire ses activités, celles de ses fournisseurs, clients et consommateurs- n'émette plus un seul gramme de carbone. 

Concerter plutôt qu'imposer

Selon ses dirigeants, le groupe est déjà parvenu à réduire ses propres émissions de 40% entre 2008 et 2014. Pourtant, ceux-ci ont conscience qu'il n'est pas possible pour une entreprise d'atteindre la "neutralité carbone" sans passer par une compensation de la quantité de carbone émis. 

N'ayant "aucun moyen juridique" d'imposer quoi que ce soit aux fournisseurs, clients, ou consommateurs, Danone mise donc sur la concertation avec les acteurs concernés pour parvenir à son objectif. 

Auprès de l'AFP, Vincent Crasnier, directeur du département nature du groupe précise que de telles actions pourraient par exemple avoir lieu lors de la renégociation de certains contrats. Auprès des producteurs de lait, cela pourrait se traduire par "des incitations de prix additionnels pour passer à une alimentation différente" des vaches. 

Des études de l'Inra ont en effet montré qu'une vache qui mange du soja émet plus de gaz à effet de serre qu'une vache alimentée à base de luzerne. 

Antonin Moriscot