BFM Business

Ceci est une bouteille de Coca-Cola (et elle veut sauver la planète)

Cette éprouvette composé de 34% de plastique recyclé va être soufflée à l'air comprimé pour être transformée en bouteille de Coca de 50 cl

Cette éprouvette composé de 34% de plastique recyclé va être soufflée à l'air comprimé pour être transformée en bouteille de Coca de 50 cl - BFM Business

Pour réduire le poids de ses emballages, qui représentent 50% de ses émissions carbone, Coca-Cola a investi dans une usine de production de plastique recyclé (PET). Problème: les gens ne recyclent pas assez leurs déchets qui constituent la matière première de ses futures bouteilles

C’est un bout de plastique qui a la forme d’une éprouvette, de celles que l'on utilise en cours de physique-chimie pour préparer des précipités. Des "éprouvettes" qui sont composées pour plus du tiers de plastique recyclé (le PET) et que Coca-Cola Entreprise (la société en charge de la partie industrielle de la marque) va transformer en bouteilles de soda de 500 ml en les nichant dans un moule et en y propulsant de l’air comprimé à l’intérieur. Voilà comment on fabrique les fameuses bouteilles.

Et pour Coca-Cola ces emballages pèsent lourd dans son bilan carbone. Leur fabrication est, en effet, à l’origine de 50% des émissions de CO2 de la marque, loin devant la production des ingrédients et la réfrigération (18% chacun) et surtout loin devant le transport qui ne représente que 6%. Bref si Coca veut réduire son empreinte carbone, c’est à ses emballages qu’il doit s’attaquer. Et la marque s’est fixé un ambitieux objectif. A quelques mois de l’ouverture de la conférence COP21 qui se tiendra en novembre prochain à Paris, la marque a tenu un point presse pour rappeler sa feuille de route en la matière. Avec un objectif chiffré: faire en sorte qu’en 2020 ses émissions de CO2 soient 33% inférieurs à celles de 2007. Pour cela, le géant des sodas prend des engagements : 100% des ingrédients clés doivent être issus de sources durables, les usines doivent réduire de moitié leur consommation d’énergie (en passant au LED par exemple), les émissions liées au transport doivent reculer de 30% (en optimisant les livraisons, 2,2 millions de km ont déjà été économisés depuis 2010)…

La tranche d'une canette a l'épaisseur d'un cheveu

Mais du fait de son poids dans les émissions, c’est l’emballage qui constitue le plus gros chantier de Coca. Pour cela, l’américain a deux leviers: réduire leur quantité d’une part et utiliser d’avantage de matériaux recyclés. En ce qui concerne le premier volet, Coca-Cola assure que 6000 tonnes d’emballage ont déjà été économisées au total depuis 2007. Comment ? En allégeant tout simplement les bouteilles et les canettes. "Aujourd’hui la tranche d’une canette est aussi épaisse qu’un cheveu", assure Arnaud Rolland, le responsable développement durable pour la France de Coca-Cola Entreprise.

C’est sur le deuxième volet que la marge de progression est la plus importante. Aujourd’hui en effet, les bouteilles en plastique sont composées à hauteur de 34% de matériau recyclé (le fameux PET recyclé). Ce taux est de 35% pour le verre et de 40% pour les canettes. L’objectif est de passé à 40% sur le plastique d’ici à 2020. Pour cela le groupe a investi tous les maillons de la chaîne industrielle : elle a ainsi investi 8,7 millions d’euros dans une co-entreprise (Infineo) qui broie les bouteilles collectées et les transforme en paillettes de PET. Des paillettes qui partent ensuite dans son usine de Grigny (91) où elles sont fondues et mélangées pour former les éprouvettes de la photo.

Si la part du recyclage augmente, atteindre les objectifs de 40% d’ici 2020 ne sera pas aisé. Pour la bonne et simple raison que la marque peine à se fournir en bouteilles usagées. Les gens ne recycleraient pas suffisamment leurs emballages. "Il y a plusieurs freins à ça, détaille Arnaud Rolland, les Français ont encore des doutes sur ce que deviennent réellement leurs déchets et la collecte n’est pas toujours aisée avec parfois dans certaines villes des containers pas facile à trouver". Coca-Cola a peut-être trouvé la parade. La marque a présenté en juin dernier à l’exposition universelle de Milan une bouteille entièrement végétale fabriquée à partir de sucres naturels. Une technologie de rupture qui est cependant encore loin de la phase industrielle et que Coca n’imagine pas voir arriver en rayon avant 2020.

Moins d'eau dans le Coca

Il faut 1,22 litre d’eau aujourd'hui pour produire un litre de Coca. Ça parait beaucoup mais il en fallait 1,47 litre en 2008. L’eau était notamment utilisée pour nettoyer les emballages (elle est depuis remplacée par de l’air comprimé). A titre de comparaison, il faut en moyenne 4 litres d’eau pour produire un litre de bière.

Frédéric Bianchi