BFM Business

Comment cette ville coréenne a rendu l'utilisation des véhicules inutile

-

- - -

Située à 65 kilomètres de Séoul, la ville nouvelle de Songdo dispose d'un réseau de transports en commun si développé qu'il est inutile de s'y déplacer en voiture.

Paris en rêve, Songdo l’a fait. Cette ville de Corée du Sud, dont la construction a débuté en 2003, a éradiqué de son territoire -presque- tous les véhicules à moteurs. Aménagée, pour un budget de 35 milliards de dollars (30 milliards d’euros), par un consortium privé composé du promoteur américain Gale International, du producteur d’acier POSCO et de la banque Morgan Stanley, cette ville d'une superficie de 600 hectares a été bâtie ex-nihilo sur des terrains gagnés sur la mer Jaune.

Siège du Fonds vert pour le climat, Songdo dispose d’un important quartier d’affaires offrant 300.000 postes à pourvoir et où sont attendus, à terme, 65.000 habitants. Dans cette partie de la ville, il est plus particulièrement interdit d’utiliser son véhicule personnel. Une interdiction également valable pour les services de la ville puisque toutes les rues sont piétonnes. Ainsi, la collecte des déchets ménagers est réalisée au moyen de tubes pneumatiques. Les ordures sont aspirées, parcourent de nombreux souterrains avant d’arriver dans une gigantesque plateforme de tri sélectif où des opérateurs se chargent de leur valorisation.

Les modes de transport alternatifs fortement recommandés

Les rues étant piétonnes, citadins comme salariés sont invités à emprunter le réseau de transport en commun afin de se déplacer. Celui-ci est particulièrement dense. Chaque appartement ou bureau est situé à moins de quinze minutes à pied d’une station de métro ou d’un arrêt de bus.

Les automobilistes souhaitant accéder à ce quartier d’affaires sont, eux, priés d’abandonner leurs véhicules dans l’un des gigantesques parkings souterrains répartis en plusieurs endroits stratégiques de Songdo. Lorsque les conducteurs quittent leur stationnement, les plaques minéralogiques de leurs véhicules sont systématiquement scannées. Un dispositif qui permet de réguler le trafic afin d’éviter que les principales artères ne soient embouteillées. Et donc de lutter contre la pollution atmosphérique.

Grâce aux 24 kilomètres de pistes cyclables parcourent le quartier d'affaires, le reliant ainsi aux 145 kilomètres desservant l'ensemble de la ville, les cyclistes voient leurs déplacements simplifiés. Les autorités locales encouragent également la pratique de la marche. Environ 40% de la superficie de Songdo est constituée d'espaces verts. Avec une telle politique, Songdo émettrait jusqu'à 30% en moins de gaz à effet de serre qu'une ville de la même taille rapportent nos confrères du site spécialisé The Drive.

Antonin Moriscot Journaliste BFMTV