BFM Business

Bpifrance finance la pile du futur qui alimentera les avions en énergie

Le projet de pile à combustible pour l'aéronautique piloté par Safran représente un investissement total de 51,6 millions d'euros sur 5 ans.

Le projet de pile à combustible pour l'aéronautique piloté par Safran représente un investissement total de 51,6 millions d'euros sur 5 ans. - Eric Piermont-AFP

En 2019-2020, Safran embarquera à bord des avions une pile à combustible qui fournira la puissance électrique nécessaire aux manœuvres sur les taxiways d'aéroports. Bpifrance finance à hauteur de 19,3 millions d'euros ce projet dont le coût total est de 51,6 millions sur 5 ans.

Des avions utilisant une puissante batterie électrique pour se mouvoir au sol? C'est l'objet du projet industriel Pipaa (pile à combustible pour applications aéronautiques) qui a reçu le soutien décisif de Bpifrance. Ce projet piloté par Safran bénéficie d’une aide de 19,3 millions d’euros dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA), lié à l’appel à projets "de R&D structurants pour la compétitivité".

"D'ici 2019-2020, la pile à combustible sera prête pour de premières applications commerciales" explique François Tarel, directeur général de Safran Power Units.

Ce système d'énergie, révolutionnaire pour l'aéronautique (associé à un réservoir d'hydrogène), servira à l’alimentation électrique des avions, lors de leurs manoeuvres sur les taxiways. L'enjeu écologique sous-jacent est de permettre le déplacement autonome des avions au sol sans avoir recours ni à un tracteur, ni aux moteurs, afin de réduire les émissions polluantes (y compris sonores!) sur les aéroports.

-
- © La pile à combustible comporte un réservoir d'hydrogène gazeux. Safran Power Units.

Le projet Pipaa représente un investissement total de 51,6 millions d’euros sur 5 ans. Pilotée par l'activité Safran Power Units, spécialiste des systèmes de puissance pour l'aéronautique, cette alternative aux systèmes d'énergie embarqués associe aussi Tronico, Ad Venta et Easyjet, qui contribueront notamment aux essais embarqués de la future pile à combustible.

La participation d'Easyjet à ce projet démontre l'intérêt que représentera cette propulsion électrique en termes d'économie de kérosène pour les compagnies aériennes.

Des applications existeront pour les avions en vol, à terme

Loin de se cantonner à la fourniture d'énergie pour les manoeuvres des avions au sol sur les taxiways, "cette source d'énergie propre d'une grande autonomie sera à terme capable de fonctionner pendant toute la durée d'un vol, y compris d'un avion long-courrier et à haute altitude" explique le dirigeant de Safran Power Units.

Les partenaires industriels du projet Pipaa s’appuient sur les compétences techniques du commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), de l’institut national polytechnique de Toulouse (INPT) et de l’école nationale de l’aviation civile (ENAC).

Parallèlement à son engagement sur le projet Pipaa, Safran coopère déjà avec Airbus sur une solution de taxiage électrique pour les A320. Des moteurs électriques situés dans le train d’atterrissage principal de l’avion et alimentés en électricité par le groupe auxiliaire de puissance (APU) du motoriste, lui permettront de se déplacer au sol de manière autonome.

Frédéric Bergé