BFM Business

Bouygues veut transformer les routes en centrales photovoltaïques

Ce revêtement routier composé de cellules solaires va être prochainement commercialisé par Colas, une filiale de Bouygues. Un kilomètre de route permettrait de couvrir les besoins en éclairage d'une commune de 5.000 habitants.

Et si les quelque 400.000 kilomètres du réseau routier français produisaient de l'énergie ? Lancé par la société Colas, une filiale du groupe Bouygues spécialisée dans les travaux publics, ce challenge a donné naissance à "Wattway", une inédit revêtement solaire à coller sur les infrastructures routières déjà existantes.

Pour y parvenir, l'entreprise s'est rapprochée en 2010 de l'Institut national de l'énergie solaire. Ses responsable ont alors accueilli l'idée avec réticence. Franck Barruel, directeur de laboratoire se rappelle de sa réaction à l'époque: "faire circuler des poids-lourds sur des capteurs solaires, c'était comme demander à une biscotte de résister au passager d'un 10 tonnes !" 

-
- © Joachim Bertrand - Colas

Pourtant, l'INES accepte de collaborer et monte avec l'entreprise un laboratoire commun qui lance dans la foulée les premiers essais. Trois ans plus tard, les équipes trouvent le matériau idéal et donnent naissance à ces dalles de quinze centimètres de côté, suffisamment translucides pour laisser passer la lumière du soleil et assez résistantes pour supporter la circulation des poids-lourds". Techniquement, les cellules photovoltaïques utilisées sont renforcées par différentes couches de plastiques puis recouvertes d'une couche de résine et de grains de verre transparents. 

Vers des routes intelligentes

Selon Colas, l'adhérence de ses dalles photovoltaïques est équivalente à celle des enrobés routiers traditionnels. Mieux, ce revêtement écolo ne nécessiterait pas d'entretien particulier, le vent et le roulement des véhicules se chargeant de dépoussiérer la chaussée.

En terme de rendement énergétique, d'après un communiqué de l'entreprise, 20 mètres carrés de "chaussée solaire" (soit 4 mètres linéaires) permettent d'alimenter 1 foyer en électricité (hors chauffage), et selon un estimation de l'Ademe, 1 kilomètre de route permettrait de couvrir les besoins en éclairage d'une ville de 5.000 habitants. 

Toutefois, l'idée de l'entreprise est plutôt d'ouvrir la voie des routes intelligentes. Concrètement, en zone urbaine, une quinzaine de mètres carrés de cellules solaires permettrait de faire fonctionner les feux tricolores d'un carrefour ou encore les panneaux à messages variables implantés au bord des routes et autoroutes. Colas rêve également de voir un jour les véhicules électriques être alimentés en électricité propre tout en roulant.

La commercialisation de la technologie "Wattway" est prévue dans les prochaines semaines pour des sites pilotes allant de 20 à 100 mètres carrés. A terme, le groupe Colas prévoit de vendre son produit autour de 6 euros par watt-crête.

Antonin Moriscot