BFM Business

Biocoop: la consommation responsable envers et contre tout

Biocoop affiche une progression de 9% de sa fréquentation et une hausse de 13% de son chiffre d'affaires en 2014.

Biocoop affiche une progression de 9% de sa fréquentation et une hausse de 13% de son chiffre d'affaires en 2014. - Biocoop

Près de 9 Français sur 10 achètent au moins une fois par mois de la bio. Dans le même temps, le gouvernement diminue de 25% les subventions à l'agriculture bio. Dans ce contexte, Biocoop dévoile des chiffres encourageants et persiste dans son engagement.

"Nous donnons la priorité aux produits locaux" Voici l'un des slogans que vous pourrez découvrir début avril dans la nouvelle campagne lancée par Biocoop, premier réseau de magasins bio en France. L'entreprise va fêter en 2015 ses 10 ans mais depuis 40 ans et la création d'une association, Biocoop milite pour le développement d'une bio exigeante.

Ces credos: le local, la lutte contre le suremballage, celle contre les OGM et le commerce équitable. 24%, c'est la part de commerce équitable chez Biocoop dont 14% Nord-Nord. Claude Gruffat son président rêve d'atteindre 33% dans les prochaines années. Par engagement, aucun de ses produits ne prend l'avion. Biocoop qui vend essentiellement des produits alimentaires représente désormais 13% du marché. 2014 a été, selon son président, une bonne année malgré un contexte difficile. Il affiche un chiffre d'affaires de 657 millions d'euros, en progression de plus de 13%.

Made in France local

Au 31 décembre 2014, Biocoop comptait 357 magasins. Le cap symbolique des 100.000 m2 a été franchi. 17 magasins ont vu le jour l'an dernier. Il envisage une vingtaine d'ouvertures cette année. "Mais sans faire de planning" précise Gilles Piquet-Pellorce son directeur général. "Nous préférons aller à notre rythme et privilégier la qualité". Biocoop affiche ainsi une posture bien différente de ses concurrents. Des supermarchés fleurissent, Biocoop a même vu certains de ses franchisés changer d'enseigne mais il assure qu'"ils sont moins heureux".

Pour le groupe, c'est la bonne relation avec les agriculteurs qui prime et la création d'une filière. Les sociétaires agricoles ont accès à l'ensemble des instances de Biocoop et sont représentés par 2 producteurs au sein du conseil d'administration. Ils capitalisent à hauteur de 2% de leur chiffre d'affaires le plus haut dans Biocoop SA Coop.

Claude Gruffat estime que "les citoyens cherchent des produits qui correspondent à leurs critères éthiques. "Selon une récente étude, ils sont plus de 9 sur 10 à privilégier le Made In France local. Mais le prix reste le premier critère. C'est peut-être pour cette raison que l'enseigne a développé la marque "la Bio je peux". Plus de 200 produits de qualité à petits prix: le magasin n'hésite pas à rogner sur une partie de sa marge.

Biocoop développe aussi sa marque en propre avec plus d'une centaine de références et mise également sur la vente en vrac. Il compte plus de 300 références. Les tests en magasin se poursuivent sur le vrac liquide, les condiments ou encore le vin. "Les consommateurs aiment venir recharger leur bidon ou leurs bouteilles".

8.000 hectares supplémentaires nécessaires

Biocoop se félicite ainsi d'une augmentation de 9% de sa fréquentation en 2014. Pour optimiser son système de logistique, il a dû s'endetter de 5 millions d'euros mais ses fonds propres sont en progression constante. Biocoop table sur un taux de croissance de 9% en 2015 et un chiffre d'affaires de 720 millions. Il vise une augmentation de 10% de son réseau en Ile-de-France où l'immobilier est élevé.

Mais son destin est irrémédiablement lié à l'état de l'agriculture biologique en France. Pour Claude Gruffat, il faudrait 8.000 hectares supplémentaires pour répondre à la demande. Selon lui, la suppression d'un quart des subventions est "inacceptable". "Cela nous touche particulièrement car notre volonté n'est pas d'importer. On a de la création de richesse et nous n'avons pas la volonté politique". Et de rappeler que la bio crée 2,5 emplois quand l'agriculture conventionnelle en crée un.

Biocoop n'hésite donc pas à apporter son propre soutien à la conversion notamment dans le lait en instaurant une prime de quelques centimes pour les agriculteurs. Ses convictions ont donc un coût.

Le gouvernement qui baisse les subventions semblait pourtant miser il y a peu sur la bio avec le plan Ambition bio 2017. Il vise à doubler les surfaces cultivées en agriculture biologique à l’horizon 2017 pour les porter à au moins 2 millions d’hectares, soit 8% de la surface agricole utile. Stéphane Le Foll, ministre de l'agriculture promet une aide supplémentaires d'ici l'été mais les agriculteurs bio sont inquiets. Ils sont descendus dans la rue ce mardi.

Nathalie Croisé