BFM Business

Areva implante ses éoliennes maritimes en Ecosse

Selon Areva, le marché de l'éolien britannique représente 20 gigawatts, contre 6 pour la France

Selon Areva, le marché de l'éolien britannique représente 20 gigawatts, contre 6 pour la France - -

Le groupe énergétique a dévoilé ce lundi 19 novembre son projet visant à créer une usine d’éoliennes dans cette région. Ce site complétera la production du site du Havre pour répondre au besoin du marché européen.

L’éolien au cœur de la stratégie d’Areva. Ce lundi 19 novembre, le groupe énergétique français a signé un protocole d’accord avec l’Ecosse pour construire une usine de fabrication d’éoliennes maritimes dans l’est du pays. Ce site viendra compléter ceux existants au Havre (inauguré la semaine dernière) et en Allemagne.

Areva compte ouvrir cette usine, qui produira des pales et des nacelles, à l’horizon 2015. 750 emplois directs seraient créés, selon le directeur du groupe, Luc Oursel. "C'est un objectif, cela doit aller avec des appels d'offres de producteurs d'énergie", a-t-il souligné en présentant cet accord encore préliminaire, lors d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre écossais Alex Salmond à Paris. L’investissement pour le groupe français se chiffrerait à "quelques douzaine de millions d’euros".

Pour Areva, ce choix géographique doit permettre d’optimiser les coûts logistiques en profitant du tissu industriel local dans la chaîne d’approvisionnement.

Il ne s’agira pas, pour autant, de favoriser cette nouvelle usine au détriment du site du Havre. Luc Oursel a ainsi écarté l'idée qu'Areva réduise la voilure sur son projet dans le port normand au profit d'un site écossais, après un premier appel d'offres décevant en France pour le géant du nucléaire.

"Nous avons toujours voulu mettre en place un marché européen. Donc plus nous sommes près du marché, mieux c'est", a fait valoir le patron d'Areva , qui cible l’Allemagne , la France, et désormais le Royaume-Uni.

Un marché britannique important

Pour l’entreprise, l’enjeu est de s’engouffrer dans un marché de plus grande taille. Areva compte, en effet, devenir un grand nom de l’éolien, sa deuxième activité après le nucléaire.

"L'avenir d'Areva c'est le nucléaire, mais c'est aussi nous développer dans le renouvelable", a affirmé Luc Oursel au micro de BFM Business. "Cela va très vite. A fin octobre nous réalisions déjà un chiffre d'affaires de 400 millions d'euros" sur l'éolien.

Et l’entreprise estime le marché britannique de l'éolien offshore à 30 gigawatts (1 gigawatt équivaut à 1000 mégawatts), contre 20 pour le marché allemand et six pour les côtes françaises. Or, pour confirmer l'ouverture du site écossais, le patron de la division énergies renouvelables d'Areva, Louis-François Durret, a indiqué qu'il faudrait quelques centaines de mégawatts de commandes dans la zone. "Cela ne sera pas difficile, vu la taille du marché", a-t-il estimé.

Areva a jusque-là signé des contrats pour 600 mégawatts et indique avoir "un gigawatt supplémentaires" en négociations.

BFMbusiness.com et AFP