BFM Business

Areva en Chine: des accords dans le nucléaire et le renouvelable

Le président d'Areva, Luc Oursel, a conclu deux contrats avec le dirigeant de CNNC, Qin Sun.

Le président d'Areva, Luc Oursel, a conclu deux contrats avec le dirigeant de CNNC, Qin Sun. - -

Le groupe français a signé plusieurs contrats en Chine, ce lundi 9 décembre. Deux portent sur le secteur du nucléaire, tandis qu'un troisième vise des opportunités de développement dans les énergies renouvelables.

Le groupe nucléaire français ne repartira pas les mains vides de Chine. Areva a annoncé avoir signé plusieurs contrats avec deux énergéticiens chinois, ce lundi 9 décembre. Ces accords, dont les montants n’ont pas été dévoilés, ont été conclus à l’occasion de la visite de Jean-Marc Ayrault.

Premier d'entre eux, et c'est une surprise: Areva a conclu un accord de coopération dans les énergies renouvelables, avec le spécialiste du nucléaire chinois CGN. Le groupe français va explorer les opportunités de développement de la biomasse, du solaire, du stockage d’énergie et de l’éolien en mer sur le territoire chinois.

Dans ce secteur, Areva pourrait prendre en charge la construction d’éoliennes marines dans de futurs parcs. En France, l’énergéticien est déjà en lice avec GDF Suez pour le deuxième appel d’offres concernant l’éolien en mer.

Un consortium avec Siemens et une co-entreprise avec CGN

Mais Areva ne lâche pas le nucléaire pour autant. Le consortium qu'il forme avec Siemens va fournir un système de contrôle-commande pour deux réacteurs de la centrale de Fuqing, à l’est du pays. Le groupe français a déjà équipé cinq réacteurs nucléaires chinois de cette technologie et d’autres commandes sont en cours de livraison.

Areva a aussi signé une lettre d’intention pour une co-entreprise avec CNNC. Il s’agit de doter la Chine d’une usine de production et de transformation de zirconium. Cet élément est utilisé pour faire les crayons, ces tubes qui contiennent les pastilles d’éléments radioactifs exploités dans les réacteurs.

Cette co-entreprise pourrait produire jusqu’à 700 tonnes d’alliages de zirconium pour le marché chinois à l’horizon 2017, explique le communiqué. Depuis 2010, Areva et CNNC coopèrent déjà dans une entreprise commune de zirconium, à Shanghai.

"Ces nouveaux accords illustrent la vigueur des relations qu’Areva entretient avec ses partenaires historiques chinois", s’est félicité Luc Oursel, le président du directoire d'Areva.

Lors de sa visite dimanche sur le site de Taishan où Français et Chinois construisent deux réacteurs EPR, Jean-Marc Ayrault avait annoncé que la France "est prête" à participer à deux autres tranches. Mais le gouvernement chinois, lui, n’a pas évoqué la construction de réacteurs supplémentaires…

Audrey Dufour