BFM Business

Antoine Frérot: "Je ne vends pas de l'eau"

Antoine Frérot était l'invité de BFM Business ce vendredi 13 janvier

Antoine Frérot était l'invité de BFM Business ce vendredi 13 janvier - BFM Business

Invité de BFM Business ce vendredi, le PDG de Veolia Environnement. Il a expliqué pourquoi l'eau, un bien public par essence, peut être gérée par une entreprise privée.

L'eau est peut-être le bien public le plus important de notre société. Faut-il dès lors la confier à des sociétés privées? Invité de BFM Business ce vendredi 13 janvier, le PDG de Veolia Environnement, Antoine Frérot, a évidemment répondu par l'affirmative.

"L'eau est un bien essentiel à la vie, c'est un bien commun et sa gestion doit être pilotée par le politique. Le politique définit les conditions de ce service public. Une fois ceci défini, l'exécution du service public avec le meilleur rapport qualité prix, peut très bien être confiée au secteur privé. Le politique décide de la politique de l'eau mais les professionnels l'exécutent", a-t-il développé.

"Je vends les services liés à l'eau"

Et Antoine Frérot s'est défendu de faire de l'eau une marchandise. "Je ne vends pas de l'eau, je vends des services liés à l'eau: le fait de la capter, de la traiter, de l'amener chez vous", a-t-il insisté. 

"L'eau est gratuite. D'ailleurs la Constitution dit que les masses d'eau en France sont propriété de la nation. Mais le service, le travail, les technologies, la recherche ne sont pas du domaine de la propriété publique", a enchaîné Antoine Frérot.

"La part des bénéfices d'une entreprise c'est une petite partie de l'efficacité économique que nous apportons et le reste va au client", a-t-il également assuré.

J.M.