BFM Business

Accès à l’énergie : Total se connecte sur les micro-grids

-

- - -

Powerhive est une start-up californienne qui conçoit et déploie des micro-réseaux électriques dans l’Est de l’Afrique, sur la base d’une innovation d’usage. Un modèle économique agile et efficace qui intéresse le Groupe Total dans le cadre de ses objectifs d’accès à l’énergie et de sa démarche Better Energy.

Environ 1,5 milliard de personnes n’ont pas ou peu accès à l’énergie dans le monde. Sur la carte publiée par la Banque Mondiale, il apparaît de manière évidente que les zones les moins bien desservies, en clair, se situent en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud-Est.

-
- © -

Bien sûr, des projets d’électrification des territoires, portés par les autorités locales, sont à l’œuvre. Mais ils prendront du temps et, chaque année, ce sont dix millions d’Africains supplémentaires qui sont à la recherche d’un accès à l’énergie*. Il est fort probable que l’Afrique puisse « sauter » la phase grands projets d’infrastructures électriques et opter directement pour une énergie distribuée, produite et consommée localement. De la même façon qu’elle est passée directement au téléphone portable sans développer d’infrastructures filaires.

Les start-ups : partie de la solution

Plus agiles, plus efficaces et plus rapides, de jeunes entreprises viennent proposer des solutions d’accès à l’électricité aux populations qui en ont besoin. Parmi celles-ci les SHS (Solar Home Systems) ou les micro-grids, ces petits réseaux de production et de distribution d’électricité produite très souvent par des sources renouvelables, éoliennes ou solaires.

La start-up californienne Powerhive, s'est spécialisée depuis cinq ans dans la technologie des microgrids. Pour ce faire, l’entreprise s’est appuyée sur les progrès réalisés dans les panneaux solaires, les batteries, les équipements électriques et sur les techniques liées aux compteurs intelligents et aux paiements par mobile. Pas d’innovation technologique à proprement parler, mais une combinaison efficace de ces nouvelles technologies développées par d’autres et que Powerhive a adaptées aux conditions particulières des marchés visés. D’une part, l’énergie solaire est devenue moins chère et plus compétitive, au regard des autres sources de génération d’électricité. D’autre part, des outils de visualisation satellite, tels que Google Maps, permettent aujourd’hui de mieux localiser les concentrations de populations et d’identifier les meilleurs endroits à équiper. Enfin, d’un point de vue plus technique, les systèmes d’éclairages led permettent de consommer moins d’énergie, les batteries sont plus performantes et les compteurs intelligents disponibles. Mais surtout, le taux d’équipement de téléphonie mobile est très élevé. Tous les ingrédients sont en place pour proposer une solution dans laquelle le client final paye d’avance une quantité d’électricité fiable, bon marché et peu polluante. C’est le principe du « pay as you go ».

Powerhive a donc su assembler des éléments individuellement non-innovants, en y ajoutant une forte présence sur le terrain, pour convaincre les autorités locales de leur concéder des licences d’exploitations autorisant l’entreprise à générer, acheminer et vendre de l’électricité aux populations locales. Cette véritable innovation d’usage lui permet aujourd’hui d’être, au Kenya, la première compagnie privée et le deuxième fournisseur d’électricité du pays.

Un partenariat naturel avec Total

Quand on a un réseau de quatre mille stations-services en Afrique, qu’on affiche de fortes ambitions en matière d’accès à l’énergie et qu’on souhaite se placer dans le top 3 des fournisseurs d’électricité renouvelable d’ici quelques années, on ne peut qu’être séduit par l’offre de Powerhive. C’est pour ces raisons que Total Energy Ventures a investi fin 2015 dans la start-up californienne.

« Powerhive regardait Total avec beaucoup d’intérêt », confie Emmanuel Courcier, Senior Investment Manager chez Total Energy Ventures, « car ses fondateurs nous voient comme l’énergéticien de référence, présent en Afrique, porteur d’un vrai avec un message de développement d’accès à l’énergie. Powerhive souhaitait avoir Total comme partenaire et nous l’avons fait ! ».

Un partenariat qui peut prendre de multiples formes. Comme, par exemple, celle d’envisager les stations-services comme point d’ancrage pour les microgrids. Ou de se servir de la présence du Groupe pour accélérer les projets et les ambitions.

« Un projet Powerhive, c’est cent villages, vingt mille maisons et cent mille personnes impactées. Avec dix projets on parle d’un million de personnes », précise Emmanuel Courcier. « Demain, on imagine aisément que ces installations décentralisées et autonomes pourront être connectées au réseau principal, en lui apportant de la stabilité et en allégeant sa charge.».

Une approche également en ligne avec la vision Better Energy du groupe. La fourniture de cette électricité décentralisée et renouvelable permet de remplacer des moyens tels que les lampes à kérosène ou à alcool, ou les groupes électrogènes diesel, qui ont les fâcheux défauts d’être chers, polluants, peu disponibles et nocifs pour la santé.

Emmanuel Courcier est « fier de faire partie de ces projets. Car nous sommes tous convaincus qu’ils sont viables sur le long terme, qu’ils seront couronnés de succès et qu’ils apporteront beaucoup aux populations concernées ».

Total Energy Venture a investi dans deux start-ups dont les modèles économiques sont proches : Off Grid Electric et Powerhive. « Il y a de nombreux besoins dans de nombreux pays et il y aura de la place pour tout le monde. Total va continuer d’investir » précise Emmanuel Courcier. « Notre rôle c’est de pérenniser les start-ups, cela nous prend entre cinq et dix ans. Habituellement, nous nous désengageons au terme de cette période, sauf si le Groupe souhaite poursuivre la collaboration sous une forme ou une autre et jusqu’à une intégration éventuelle ».

Quant à Christopher Hornor, Président de Powerhive, il se félicite de « travailler avec des personnes chez Total, qui ont toutes à la fois une vision sociale de leurs activités et la conscience que l’énergie de demain doit être plus propre. Ils nous soutiennent avec une vision long terme et des investissements et nous leurs amenons des solutions innovantes. C’est une relation gagnant-gagnant ! ».

* source www.energiespourlafrique.org

A lire sur le même sujet

BBOX, un nouvel acteur de l’accès à l’énergie en Afrique

A lire sur le même sujet

Des kiosques solaires pour les villages sans électricité

Par notre partenaire TOTAL