BFM Business

Dominique Cerutti: "nous voulons tripler les introductions en Bourse des PME"

Dominique Cerutti, dans le Grand Journal d'Hedwige Chevrillon

Dominique Cerutti, dans le Grand Journal d'Hedwige Chevrillon - -

Invité de BFM Business, jeudi 23 mai, le directeur adjoint de Nyse Euronext est revenu sur la création d'Enternext, une filiale dédiée au financement des PME. L'occasion de présenter cette structure en détail.

François Hollande avait lui-même grillé la politesse à Nyse Euronext, en annonçant, devant les entrepreneurs, fin avril, qu’une Bourse des PME verrait le jour. Le projet était en, en effet, dans les tuyaux depuis longtemps du côté de l’opérateur boursier. Jeudi 23 mai, elle est née sous le nom d'Enternext.

Invité ce même jour, du Grand Journal d'Hedwige Chevrillon sur BFMBusiness, Dominique Cerutti, directeur adjoint de l'opérateur boursier est revenu sur la création de cette nouvelle plateforme. Il a assuré que "ses équipes sont déjà à l"œuvre" et se félicite d'avoir "des membres prestigieux dans le conseil d'administration" (voir encadré).

Comment est née cette Bourse?

En réalité, Nyse Euronext a regroupé au sein de cette Bourse des PME les entreprises qui étaient cotées sur les compartiments B et C du marché réglementé et sur Alternext, c’est à dire les plateformes qui était déjà dévolues aux PME et entreprises de taille intermédiaire (ETI). Autrement dit, il n’y a pas de création d’un nouveau marché, mais un simple regroupement.

La différence est qu’une filiale entière de Nyse Euronext sera désormais entièrement dédiée aux financements de ce type d’entreprises" avec son propre conseil d'administration", a rappelé Dominique Cerutti.

Pourquoi cette Bourse?

"Il s'agit d'accompagner les patrons de PME qui sont en mal de financement", et donc les aider à lever des fonds sur les marchés, a expliqué Dominique Cerutti.

Un enjeu crucial car, dans le même temps la principale source de financement, le crédit bancaire, commence à se tarir pour les PME. Dominique Cerutti a rappellé que cette source "constitue environ 92%" des financements des PME-ETI, "contre 1%" pour le marché".

Si les taux de crédits sont bas, les enquêtes de la Banque de France montrent que les banques durcissent de plus en plus les conditions d’octroi. Au premier trimestre 2013, la Banque de France parlait “d’un accès largement insatisfait” pour les ETI-PME.

Quels moyens?

Dominique Cerutti a annoncé un budget de 18 millions d’euros pour cette Bourse des PME, ce qui correspond à "une hausse de 15%" par rapport aux moyens déjà alloués aux PME par son entreprise.

Au niveau des effectifs, 50 personnes seront dédiées à cette filiale avec des équipes en région. Ces personnes "assureront des activités de prospection commerciale et d'accompagnement auprès des PME et "proposeront de nouveaux produits", a détaillé Dominique Cerutti. Par ailleurs, pour attirer les petits émetteurs, l’opérateur boursier va proposer "des réductions tarifaires incitatives" avec notamment des rabais de 10% sur les frais d'introduction en Bourse.

> Quelles entreprises peuvent y faire appel?

Il s’agit des sociétés dont la capitalisation est inférieure un milliard d’euros. Pour accéder aux marchés, les conditions les moins restrictives seront celles qui prévalaient jusque-là pour Alternext. Autrement dit, les entreprises doivent avoir un degré d’ancienneté, c’est à dire avoir publié des comptes certifiés depuis au moins deux ans, et lever un minimum de 2,5 millions d’euros.

En outre, il est demandé à ces entreprises d’être accompagnées par “un listing sponsor”, un intermédiaire financier chargé de préparer l’entreprise à son introduction en Bourse, et de l’accompagner dans son parcours sur les marchés. Une liste des “listing sponsor” agréés est fournie par Nyse Euronext.

> Quels objectifs?

"Il y a deux angles. Nous voulons tripler les introductions en Bourse mais cela ne suffit pas. La vraie mesure sera les capitaux levées par les entreprises", par différents moyens, introduction, levée de dettes...", a précisé Dominique Cerutti.

Julien Marion