BFM Business

Delta Air Lines table sur une chute de 90% de son chiffre d'affaires au 2T

La crise liée au coronavirus coute très cher aux compagnies aériennes

La crise liée au coronavirus coute très cher aux compagnies aériennes - JAMIE SQUIRE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Le patron de Delta Air Lines, l'une des principales compagnies aériennes des Etats-Unis, a prévenu vendredi que son chiffre d'affaires allait chuter de 90% au 2ème trimestre de son exercice à cause de la pandémie qui paralyse l'essentiel du trafic aérien.

Le constat est très inquiétant pour Edward Bastian. Dans un courriel adressé à tout le personnel, le patron de la compagnie américaine prévient que son chiffre d'affaires va chuter de 90% au deuxième trimestre. Il annonce également le dépôt d'un dossier de demande d'aide d'urgence auprès du Trésor. Il l'assure, sans des mesures d'économies drastiques prises en interne et de nouveaux financement, l'argent public "ne mènerait la compagnie que jusqu'en juin".

Pour souligner à quel point la situation est grave, Edward Bastian a indiqué que samedi dernier Delta a transporté 38.000 passagers, alors qu'un samedi normal de fin mars ce sont 600.000 personnes qui prennent les avions de la compagnie.

60 millions de dollars perdus chaque jour par la compagnie

"Tous les jours Delta brûle 60 millions de dollars de trésorerie", a-t-il aussi indiqué. Il en a profité pour lancer un appel pour qu'un plus grand nombre d'employés prenne des congés sans solde, alors que 30.000 ont déjà choisi de le faire pour aider l'entreprise. Delta employait environ 90.000 personnes en 2019.

Le patron de la compagnie a rappelé que l'entreprise encourageait désormais ses employés à prendre 3, 6 ou même 12 mois de congés sans solde. "Je vous en pris demandez vous si un congé prolongé peut être intéressant pour vous et votre famille", a-t-il écrit.

Il a aussi insisté sur le fait que l'entreprise économisait des milliards de dollars en retardant des projets d'investissements, en rationalisant ses installations aéroportuaires, en retardant les travaux d'entretien et en passant en revue toutes les dépenses dans tous les domaines.

Sandrine Serais avec AFP