BFM Business

Xavier Niel s'intéresse au quotidien France-Antilles

Le titre Iliad s'effondre de 18% ce mardi à la Bourse de Paris

Le titre Iliad s'effondre de 18% ce mardi à la Bourse de Paris - Ludovic Marin-Pool-AFP

Le seul quotidien des Antilles a été liquidé en janvier dernier. Le milliardaire a sollicité le tribunal de commerce afin de formuler une offre.

Xavier Niel, le fondateur et patron du groupe Iliad (Free) entend-il accrocher une nouvelle étoile à son tableau de chasse dans la presse? Après le groupe Le Monde (en tant que co-actionnaire) et Nice-Matin qu'il vient de racheter, le milliardaire s'intéresse de près au sort de France-Antilles.

Le seul quotidien des Antilles, fondé en 1964 par le magnat de la presse Robert Hersant, a été liquidé sans poursuite d'activité en janvier dernier après des années de difficultés et de relances avortées.

Xavier Niel a sollicité une audience au tribunal de commerce de Fort-de-France afin de formuler une offre, audience qui a lieu ce mardi. Ce lundi, le procureur de la République a effectué une requête pour une poursuite d'activité jusqu'au 10 mars pour que cette proposition puisse être examinée.

Rien n'est joué

Une démarche assez unique puisque la liquidation a été prononcée faute de repreneurs crédibles. France-Antilles était en redressement judiciaire depuis le 25 juin 2019.

"Il y a une demande de poursuite d'activité déposée par le procureur qui sera examinée à 14H00 (19H00 heure de Paris) au tribunal mixte de commerce, qui porte sur une poursuite d'activité jusqu'au 10 mars. Le but étant de permettre d'analyser une offre de reprise qui émanerait de M. Xavier Niel", a précisé à l'AFP Me Arnaud Celenice, avocat des salariés de France-Antilles Martinique.

"Est-ce une offre, une lettre d'intention? On n'en connaît ni les tenants, ni les aboutissants", a précisé l'avocat, qui ignore également pourquoi l'offre de Xavier Niel n'a pas été déposée pendant le délai légal.

Ce dernier n'a pas souhaité faire de commentaires "pour le moment". "On était déjà dans l'exception. On l'était encore avec la prolongation de l'activité pour sortir le dernier France-Antilles. C'est qu'il y a un vrai enjeu sociétal au-delà de l'enjeu social", a souligné Me Celenice.

Quel objectif?

Car au-delà des 235 salariés du groupe, c'est la question de l'accès à l'information dans ces territoires qui est posée.

Néanmoins, pour le moment, rien est fait. "À ce stade, même s'il existe une lettre d'un repreneur et que les instances judiciaires, compte tenu de l'enjeu social et médiatique, souhaitent se donner toutes les chances, il ne faut pas se réjouir trop vite. Le projet de reprise n'a pas été détaillé et pas présenté aux IRP (Instances Représentatives du Personnel), ni même au mandataire judiciaire", constate Rodolphe Lamy, représentant des salariés de France-Antilles Martinique.

Les multiples investissements de Xavier Niel interrogent. Outre le Monde et Nice-Matin, la sixième fortune de France a également investi dans Mediapart, Bakchich, Atlantico, Electron Libre ou encore Causeur. Objectif financier? La presse même en ligne est peu rentable et dans le cas de France-Antilles, c'est même un gouffre financier.

Objectif d'influence? C'est l'avis de Gilles Sengès, auteur du livre Xavier Niel, l'homme Free: "Niel n'est pas vraiment intéressé par la presse en tant que telle. C'est surtout une façon de se poser dans le monde des affaires et de la politique", indique-t-il à Franceinfo.

Olivier Chicheportiche avec AFP