BFM Business

Un Noël sans neige représente "20 à 30%" de perte pour une station de ski

Les stations de ski, en Suisse comme en France, souffrent de températures trop douces.

Les stations de ski, en Suisse comme en France, souffrent de températures trop douces. - Fabrice Coffrini - AFP

Alors que la météo empêche 160 stations sur 200 d'ouvrir leurs pistes en France, les loueurs de ski et les patrons d'hôtels se préparent à un Noël sans neige. Autre ombre au tableau, les annulations de clients russes, pénalisés par la chute du rouble.

Dans les stations de ski des Alpes, les pistes restent obstinément vertes, ce qui commence à sérieusement inquiéter les professionnels du tourisme. "Bien sûr, c'est inquiétant, si la température pouvait baisser de 5°C, ça serait bien...", reconnaît Michel Giraudy, maire de Bourg-Saint-Maurice et président de France Montagnes.

A moins d'une semaine du lancement de la saison, l'association de promotion de la montagne compte seulement quarante stations ouvertes, dont sept de ski de fond, sur les plus de 200 domaines skiables qui quadrillent l'Hexagone.

Des hivers similaires "tous les dix ans environ"

"Dans les faits, au dessus de 2.000 mètres, les conditions sont extrêmement favorables. En dessous, c'est plus difficile", détaille Pierre Lestas, président des domaines skiables de France, interrogé par BFMTV.

S'il espère que la "situation pourrait s'améliorer", il se montre toutefois confiant: "Nous sommes habitués à ce type de situation, qui se produit tous les dix ans environ."

Il estime que le "manque à gagner en cas de Noël sans neige serait de 20 à 30%" pour une station comme celle de la Clusaz, où il travaille. Mais "notre exposition au manque de neige s'est beaucoup réduit au cours des dix dernières années, grâce notamment à la neige de culture, qui fonctionne très bien", précise-t-il.

Cette neige produite artificiellement et projetée sur les pistes par canon à neige devrait donc permettre à certaines stations de limiter les pertes... A condition que la température ne la fasse pas immédiatement fondre.

50% des stations ouvertes dans les Pyrénées dans la semaine

Seules les stations des Pyrénées semblent tirer leur épingle du jeu: "Elles devraient toutes être en capacité d'ouvrir cette semaine, au moins à 50%", assure Laurent Reynaud, directeur de Domaines skiables de France.

"C'est sûr qu'on a pris du retard mais on espère qu'il neigera pour Noël", ajoute-t-il. "Nous sommes les agriculteurs de la neige. On fait avec ce que le ciel nous donne".

Les Russes abandonnent les pistes, remplacés par les Anglais

La situation macroéconomique pourrait aussi avoir un impact sur le nombre de touristes cette année. "Les réservations ne sont pas mal, on est à peu près au niveau de l'an dernier", confirme Michel Giraudy, de France Montagnes.

Les Britanniques, première clientèle étrangère pour le ski, "viennent en masse car le cours de la livre a augmenté", explique-t-il. Les perspectives sont en revanche moins bonnes pour les Russes, qui souffrent de la chute du rouble: leur fréquentation devrait baisser de 10 à 15%, selon France montagnes.

L'avant-saison et les vacances de Noël représentent environ 25% de la fréquentation des stations de ski hexagonales. Mais un lancement poussif ne prédit pas forcément la performance sur la saison à venir.

Le manque de neige du mois de décembre 2011 n'avait pas empêché la France de retrouver sa place de première destination mondiale pour le ski, sur l'ensemble de l'hiver 2011-2012.

J.S avec AFP