BFM Business

Tourisme: comment la canicule a changé les habitudes des vacanciers

En juillet, les citadins se sont offerts des escapades de dernière minute sur le littoral

En juillet, les citadins se sont offerts des escapades de dernière minute sur le littoral - Maciej Serafinowicz-CC

Encouragés par une météo caniculaire, les Français n’ont pas hésité à s’offrir des escapades de dernière minute en juillet. Un début de saison très prometteur dont les professionnels se félicitent.

Échapper à la fournaise de la ville pour aller se prélasser au bord d’une plage de sable fin, l’épisode de fortes chaleurs a boosté les envies d’ailleurs des Français. Et les saisonniers s’en frottent les mains. Ils sont unanimes, après trois années difficiles marquées par un temps mitigé, la fréquentation est remontée en flèche cette année. Didier Arino, directeur du cabinet Protourisme, qui s'appuie sur le retour de 900 professionnels français, parle d'un chiffre d'affaires en hausse de 4,5% entre début mai et mi-juillet. Une reprise qui s’accompagne aussi d’une nouvelle façon de voyager. 

>Des séjours plus courts au tout dernier moment

Première évolution : les clients veulent partir à tout prix, même si c’est seulement pour une, deux ou trois nuits. Weekendesk a vu son chiffre d'affaires bondir de 40% en juillet, surtout pendant la première quinzaine. Le site spécialisé dans la réservation hôtelière pour les week-ends et séjours de courte durée a été assailli par des réservations de toute dernière minute de citadins voulant fuir la chaleur.

>Se mettre au vert en France

Quelles régions ont le plus profité de cet appel irrépressible du large? La Provence-Alpes-Côte-d'azur, la Bretagne et la Normandie ont été les destinations les plus prisées, selon le principal syndicat de l'hôtellerie, l'Umih. Une clientèle qui part tout en restant attentive à ses dépenses. Selon le syndicat, "les clients rognent sur les sorties au restaurant et privilégient l'hébergement chez des proches". Un souci qui explique sans doute l'attrait pour les Gîtes de France qui affichent un taux d'occupation de 74% en juillet. Même tendance dans les campings : la chaîne Sunelia, qui dispose de 32 sites dans l'Hexagone, s'attend à un chiffre d'affaires en hausse de 8%.

> Fuir la Tunisie 

Outre l'effet canicule, la saison touristique française a profité du report massif des clients qui avaient prévu de partir en Tunisie, touchée ces derniers mois par les attentats de Sousse et de Tunis. "Plus d'un million de Français ne vont plus en Tunisie et se sont donc reportés sur la France. L'Hexagone a également récupéré des Allemands et Britanniques qui ne vont plus dans les pays musulmans", résume Jean-Pierre Nadir, président du portail easyvoyage.com.

>Cap sur l'Europe du Sud 

Quand ils n'étaient pas en train de se relaxer dans l'Hexagone, les vacanciers se sont massivement rendus dans le sud de l'Europe. Directours, spécialisé en voyages sur-mesure a observé un véritable engouement pour la Grèce, le Portugal, les Canaries. Un constat partagé par Marmara. Ses 42 clubs affichent un taux de remplissage de 93% en juillet. Les réservations pour l'Espagne ont bondi de 25%, l'Italie +20% et la Grèce +10%.

Charlyne Legris avec AFP