BFM Business

The Economist répond aux critiques sur sa Une

BFM Business

L’hebdomadaire britannique se justifie ce 16 novembre. De nombreuses voix se sont élevées contre la Une de cette semaine : un fagot de baguettes de pain, ceint d’un drapeau tricolore, dont s’échappe une mèche allumée à son bout. Avec en titre "une bombe à retardement au cœur de l’Europe".

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, et la patronne des patrons, Laurence Parisot, se sont notamment émus du manque de modération de l’éditeur, qui leur répond dans une interview accordée aux Echos.

"Si la France ne change rien, elle peut être dépassée par l’Allemagne et l’Italie en matière de réformes. Elle pourrait donc devenir un problème pour la zone euro. Voilà notre analyse", indique John Peet, éditeur Europe de l'hebdomadaire britannique. En somme, il ne faut pas s’arrêter à la couverture, mais lire le dossier en entier, recommande-t-il.

Pour lui, ces articles ont vocation à soutenir les réformistes en France, "comme monsieur Montebourg". "Nous étudions les économies européennes depuis un certain temps. Depuis deux ans, nous avons couvert la situation de l’Italie de manière très critique, il y a dix ans, nous avions titré sur l’Allemagne «homme malade de l’Europe»", rappelle-t-il.

En définitive, les journalistes qui ont participé au dossier se félicitent "du Pacte de compétitivité", souligne John Peet. Mais il note que pour le moment, rien de concret n’a été fait. Or selon lui "l’avenir de l’Europe dépend aussi de la France".

Nina Godart