BFM Business

TF1 lance une application sur les réseaux sociaux

Six mois après M6, TF1 lance à son tour son application de "social TV"

Six mois après M6, TF1 lance à son tour son application de "social TV" - -

Pour compenser la baisse des revenus publicitaires, TF1 cherche de nouveaux relais de croissance en ligne, et dévoile un tout nouveau dispositif pour augmenter la force de frappe de ses émissions sur le web.

Se diversifier, c'est devenu une question de survie pour TF1. Les recettes publicitaires de la chaine ont reculé de 7% sur les 9 premiers mois de l'année 2012. Pour TF1, internet est évidemment un relais de croissance. Mais le web ne représente que 2% du chiffre d'affaires publicitaire du groupe.

Le tremplin, pour TF1, ce sont les réseaux sociaux: des millions de tweets sont postés autour des programmes de la chaine. Une caisse de résonnance puissante mais peu rémunératrice.

Récupérer l'audience

L'idée de TF1 (mise en pratique aussi en ce moment par M6), c'est de réunir tous ces commentaires -éparpillés sur Facebook ou Twitter- sur l'application mobile de la chaine. Et donc récupérer l'audience des réseaux sociaux à son profit.

Concrètement, TF1 lance "Connect", un nouvel onglet, inséré dans l’application MyTF1. Le téléspectateur y retrouvera tous les commentaires sociaux autour du programme qu’il est en train de regarder sur TF1.

Pour pousser les téléspectateurs à se rendre sur cette application, plutôt que de rester sur Twitter ou Facebook, TF1 parie sur les des contenus exclusifs. La chaine proposera des extraits vidéos d’environ 30 secondes, immédiatement après leur diffusion à l’antenne -par exemple, une prestation de The Voice ou un but d’un match de football. Ce dispositif baptisé "Instant Replay" fournira des vidéos facilement partageable sur les réseaux sociaux.

TF1 compte ainsi augmenter l’activité sur son application mobile et, au passage, la quantité de commentaires sociaux autour de ses programmes. Ensuite, viendra la monétisation, grâce à la publicité en ligne (sponsoring, jeux ou vidéos publicitaires), voire, à plus long terme grâce au e-commerce.

Simon Tenenbaum