BFM Business

TF1 et France 2 préparent leur "Plus belle la vie"

"Plus belle la vie" a mis près d'un an avant de rencontrer son public

"Plus belle la vie" a mis près d'un an avant de rencontrer son public - France Télévisions Thomas Vollaire

La Une et la Deux vont lancer chacune un nouveau feuilleton quotidien. Des projets qui restent rares car lourds et risqués.

"Toutes les grandes chaînes de télévision, en particulier les chaînes publiques en Europe, ont un feuilleton quotidien", constatait récemment la patronne de France Télévisions, Delphine Ernotte. "Il y en a plusieurs en Allemagne, en Angleterre. Il n'y a qu'en France qu'il n'y en a qu'un seul, en l'occurrence Plus belle la vie", abondait dans Satellifax Bibiane Godfroid, directrice générale déléguée de Newen, qui produit le feuilleton de la Trois.

Mais cette situation va changer, avec l'apparition prochaine de deux nouveaux feuilletons quotidiens. D'abord, TF1 va diffuser en access prime time (avant soirée) Demain nous appartient. L'histoire? "Une terrible explosion, 4 victimes, une rescapée amnésique... C‘est à la suite de cet événement tragique que la vie de Chloé va voler en éclats..." La Une promet "un savant mélange de destinées individuelles et collectives riches en secrets, mensonges, trahisons et tragédies". Le tournage démarre mi-mai avec à l'affiche Véronique Genest, selon Ozap. Une diffusion cet été est prévue dans un premier temps, mais pourrait être prolongée en cas de succès.

France 2 suivra en janvier 2018 avec un projet dont on sait peu de choses, à part qu'il sera diffusé en after school (17h-19h).

Reconstitution de ligue dissoute

Ces deux projets ont plusieurs points communs. D'abord, ils sont tous les deux tournés dans une ville de l'Hérault: Sète pour celui de TF1, Montpellier pour celui de France 2. Explication: tous deux veulent tourner plus de scènes en extérieur: 50% des scènes pour le feuilleton de la Une, contre 30% pour Plus belle la vie.

Ensuite, les deux projets réutilisent les compétences de Plus belle la vie. La Deux a fait appel à plusieurs anciens du feuilleton de la Trois: le producteur Toma de Mattei (qui en a été le producteur artistique pendant 6 ans) et le scénariste Olivier Szulzynger (qui a été auteur puis directeur de collection durant 9 ans). Le tout sous la houlette de Laëtitia Recayte, qui a été une des dirigeantes de Newen durant 8 ans.

De son côté, la Une a directement fait appel à Newen, qui produit Plus belle la vie. Mais la directrice générale déléguée de Newen Bibiane Godfroid promet une muraille de Chine entre les deux feuilletons: "Nous faisons en sorte que cette saga d'été de TF1 ne ressemble pas à Plus belle la vie, même si elle en adopte certains des codes, notamment celui d’une fiction chorale avec de nombreux personnages. Nous avons fixé comme règle de ne prendre aucun auteur de Plus belle la vie pour écrire la saga de TF1. Notre volonté est de montrer que les deux feuilletons peuvent vivre avec succès et de manière totalement indépendante. Nous avons apporté toutes les garanties à France Télévisions".

Dernier point commun: les deux feuilletons sont produits en interne. En effet, TF1 a racheté Newen il y a un an. Tandis que France 2 fait appel à MFP, la filiale de production interne de France Télévisions. Cette filiale, surtout active dans le sous-titrage et le doublage, développe de plus en plus son activité de production, notamment en fiction (la série Alex Hugo sur France 2), sous l'impulsion de Delphine Ernotte, qui veut produire plus en interne. Toutefois, MFP songe à demander le renfort d'un producteur extérieur, et discute en ce sens notamment avec JLA, la société de production de Jean-Luc Azoulay (interrogé sur ce point, France Télévisions répond: "Rien n'est fait, rien n'est décidé").

Chantage au départ

Produire en interne permet d'éviter du chantage au départ et des disputes sans fin sur les factures avec un producteur externe, comme ce fut le cas autour de Plus belle la vie.

Mais produire en interne permet aussi à la chaîne de mieux maîtriser ce type de projet, qui reste très risqué, car coûteux. Le budget des deux feuilletons n'est pas communiqué, mais l'on connaît celui de Plus belle la vie, passé au fil du temps de 24 à 41 millions d'euros par an, financés à 86% par France 3 (le solde provenant du CNC).

Laëtitia Recayte, PDG de MFP, expliquait récemment dans Satellifax que le feuilleton de la Deux coûterait à la fois plus cher à tourner, tout en recevant moins d'argent de la chaîne: "L'équation est beaucoup plus compliquée que Plus belle la vie, car les budgets ont été serrés chez France Télévisions. Le budget du feuilleton devra être d'une autre facture que Plus belle la vie, notamment parce qu'on va être davantage en extérieur, avec significativement moins d'argent de France Télévisions. On va donc devoir trouver du financement complémentaire de façon importante. On est en plein dans ce montage-là. Cela nous pousse à être innovants, créatifs". En pratique, la Deux espère notamment toucher des aides des collectivités locales. De son côté, TF1 propose déjà aux annonceurs de faire apparaître leurs produits dans son feuilleton.

Série d'échecs

Toutefois, produire en interne n'est pas une garantie de succès. On se souvient ainsi de l'échec de Seconde chance, produit en interne par TF1 en 2008. À cette époque, chaque chaîne tentait de trouver son Plus belle la vie. M6 avait lancé successivement Pas de secrets entre nous (produit par Marathon) puis Paris 16ème (produit par Calt). De son côté, France 2 avait essayé Cinq soeurs (autre production Marathon). Tous furent des échecs cuisants, et personne n'osa retenter l'expérience jusqu'à aujourd'hui.

L'ancien PDG de France Télévisions, Rémy Pflimlin, qui avait pourtant promis lors de sa candidature de lancer un feuilleton quotidien sur la Deux, finit par renoncer. Et TF1, qui avait commandé en 2012 des pilotes à Marathon et sa filiale TF1 Production, avait finalement jeté aussi l'éponge.

Mais, quatre ans plus tard, la Une a racheté Newen, ce qui change la donne. Comme le raconte Bibian Godfroid dans Satellifax, "quand TF1 a racheté Newen, ils se sont demandé sur quelles qualités de Newen s'appuyer. La première a été notre savoir-faire en feuilleton quotidien. Aujourd'hui, toutes les chaînes ont des difficultés en fiction et plus spécifiquement pour renouveler leur avant-soirée. TF1 s'est dit que, pour toucher un public large et également les fameux responsables des achats de moins de 50 ans, le feuilleton est un genre intéressant. C'est vraiment une demande de TF1, dès que le rachat a été fait".

La persévérance des chaînes

Reste à savoir, si le succès n'est pas immédiatement au rendez-vous, si les chaînes arrêteront immédiatement ces feuilletons, ou s'entêteront. Pour l'instant, TF1 a seulement programmé son feuilleton sur seulement huit semaines, "ce qui est un peu court pour installer un feuilleton", pointe un producteur.

On se souvient que, durant sa première année, Plus belle la vie réalisait des audiences faibles. Mais France 3 avait décidé de persévérer, et modifié la formule du feuilleton en cours de route, conduisant au succès que l'on sait. A contrario, lorsque Seconde chance réalisa des scores médiocres sur TF1, le feuilleton ne put évoluer, car tous les épisodes avaient été tournés à l'avance...