BFM Business

Spotify peut (finalement) dire merci à Apple

-

- - Don Emmert/Stephen Lam - Getty Images - AFP

"Avec l'arrivée d'Apple en 2015 sur la musique en streaming, Spotify pouvait craindre pour son leadership. Il n'en a rien été. Au contraire. Le nombre de ses utilisateurs s'est envolé. Mais le suédois n'est toujours pas bénéficiaire. "

Le Suédois n'a pas perdu sa couronne, au contraire. Spotify, le leader mondial du streaming a annoncé ce lundi 24 mai une progression spectaculaire, l'an passé, du nombre de ses utilisateurs et de ses revenus. Le nombre d'utilisateurs actifs tous les mois est passé de 60 millions fin 2014 à plus de 89 millions fin 2015. Une performance d'autant plus remarquable que l'entreprise suédoise a fait une pause dans son expansion internationale au cours de cette dernière année, n'entrant sur aucun nouveau marché, écrit la direction aux actionnaires.

Mais c'est la croissance du nombre d'abonnés payants qui impressionne. Spotify n'en dévoile pas les détails mais assure qu'ils sont désormais aux alentours de 30 millions dans le monde. Deux fois plus qu'en janvier 2015. À titre de comparaison, Apple assure avoir conquis 13 millions d'abonnés depuis le lancement de son service en juin 2015. 2 millions de moins en 6 mois de plus. Ainsi, malgré la puissance marketing de la marque américaine et les trois mois gratuits proposés aux nouveaux abonnés, Apple n'a pas fait mieux que Spotify en un an.

Paradoxalement, il semble que l'arrivée d'Apple ait finalement plus profité que nui à Spotify. "L'arrivée d'Apple va entraîner un coup de projecteur dont tous les autres vont tenter de bénéficier", avait assuré il y a quelques mois, Denis Ladegaillerie, le patron de Believe Digital, leader mondial de la distribution de musique numérique. Mais si tous ont tenté, seul Spotify semble avoir vraiment réussi. Pour des services de moins grande envergure comme l'américain Rdio ou les français Deezer et Qobuz, l'année 2015 a été bien moins fructueuse. Le premier a arrêté son activité, le deuxième a raté son introduction en bourse et le dernier a été placé en redressement judiciaire avant de trouver un repreneur. 

La rentabilité viendra plus tard

Et Spotify compte accélérer la cadence. Début 2016, le Suédois a repris son expansion avec l'Indonésie, comme 59ème pays. "À de nombreux égards, ce fut la meilleure année que nous ayons connue", poursuit la direction du groupe qui dit avoir presque doublé ses seuls revenus publicitaires en 2015. Les comptes annuels de la holding luxembourgeoise Spotify Technologies montrent un chiffre d'affaires global en hausse de 80%, à 1,945 milliard d'euros au cours de l'année 2015. Cette croissance est très nettement supérieure à celle de 2014 (+45%) et encore meilleure qu'en 2013 (+74%).

Seule ombre au tableau: le site ne parvient toujours pas à sortir du rouge. La perte nette s'est établie à 173 millions d'euros en 2015 (contre 162 millions en 2014), due à des investissements lourds, l'augmentation des effectifs et des projets d'expansion. Malgré le changement des habitudes des auditeurs, qui a fait chuter les ventes de CD dans la plupart des pays du monde, le modèle économique pour le "streaming" reste difficile à trouver, entre maisons de disques exigeantes sur leur part, artistes et auteurs qui se plaignent de rémunérations parfois dérisoires, et impératifs de viabilité financière.

Pour assurer son développement, Spotify a levé un milliard de dollars en mars dernier. La société ne donne en tout cas pas d'échéance concernant un éventuel point d'équilibre. L'heure est à l'expansion, la rentabilité viendra plus tard, assure Spotify. Si elle vient un jour...

Frédéric Bianchi