BFM Business

Sexe, cannabis, gay, religion: l'émergence des AirBnB spécialisés

-

- - MisterBnB

Surfant sur le succès d'AirBnB, de plus en plus de sites déclinent désormais le concept en ciblant des publics particuliers.

Le succès d'AirBnB aiguise les appétits. Le service de location d'appartements a vu le nombre de réservations passées sur le site exploser. Quelque 17 millions de personnes sont partis avec AirBnB en juillet et en août dernier. Mais le problème c'est que sur internet, il n'y a guère de place pour deux acteurs sur le même créneau. Comment tenter de s'imposer face au mastodonte du secteur? En créant des sites spécialisés pour des communautés particulières.

Des communautés qui veulent faire une escapade coquine par exemple. C'est ce que propose le site américain KinkBNB lancé cette année. Alors certes, il n'est pas interdit d'avoir des relations sexuelles dans un appartement AirBnB, mais KinkBnB vise un public très libertin voire amateur de SM... Le site assure sur son site fédérer une communauté privée qui a une attitude positive par rapport au sexe. Il propose ainsi selon le site suisse Bilan.ch toutes sortes de logements équipés d'appareils SM, et même des donjons. Les personnes qui mettent leur maison sur le site doivent indiquer si elle est "orgy friendly". Le site est exclusif et sur invitation, et ce afin de conserver l'anonymat des logements. KinkBnB assure avoir atteint les 2.000 inscrits dans 13 pays. Le créateur du site, Ryan Galiotto, a eu l'idée du site lorsqu'un de ses amis a reçu des critiques négatives sur son appartement jugé trop provocant sur AirBnB.

Des apparts "gay friendly" à la déco soignée

L'histoire de MisterBnB, un site "pour des gays, par des gays" est à peu près similaire. Son fondateur Matthieu Jost en a eu l'idée après une mauvaise expérience de location à Barcelone chez un hôte apparemment choqué qu'il dorme dans le même lit que son ami. "Je ne veux plus jamais revivre cette situation, et je ne veux plus jamais que quelqu’un puisse la revivre", explique-t-il au NouvelObs au lancement de son site. Son site propose ainsi 25.000 logements "gay friendly" dans 130 pays, des appartements souvent design à la déco soignée. Mais le site précise que les hétéros sont les bienvenus.

La déco, ce n'est peut-être pas ce que recherchent en priorité les utilisateurs de Bud and Breakfast, site spécialisé dans la location d'appartements "cannabis-friendly". L'idée: vous réservez un logement dans lequel vous aurez le droit de fumer de la marijuana. Votre hôte vous en laissera même un sachet pour vous accueillir. Créé aux Etats-Unis, ce site est réservé aux états qui ont légalisé la consommation de cannabis (le pays en compte quatre). "Beaucoup de gens venaient dans le Colorado (état qui l'a légalisé) acheter de l'herbe et allaient fumer dans la rue, explique Sean Roby, le fondateur et de Bud and Breakfast. Mais ce n'est pas légal et nous voulions offrir des logements sûrs et légaux pour que les gens aient une alternative." 

Les affinités religieuses

Rassurer les hôtes, c'est aussi l'ambition de Lester Kang et James Chua, deux habitants de Singapour qui ont lancé en 2014 une nouvelle version de leur site PandaBed. "En Asie, les gens ont peur d'héberger des étrangers car ils appréhendent les différences culturelles, religieuses et d'âge", explique l'un des co-fondateurs au site TechinAsia. Le site qui était initialement un copier-coller d'AirBnB a introduit la fonction PeerMatch en 2014 qui permet ainsi de réduire la location de son appartement à certaines communautés comme les musulmans, les chrétiens, les bouddhistes, ou encore les gens qui ne boivent pas d'alcool. Le site propose 10.000 logements dans toute l'Asie du sud est (Chine, Indonésie, Corée...).

Frédéric Bianchi