BFM Business

Sephora fait les yeux doux à l'Iran

Sephora possède déjà 2.000 points de vente dans le monde.

Sephora possède déjà 2.000 points de vente dans le monde. - Mat Hayward - AFP

Sephora compte s'implanter en Iran. Plusieurs magasins pourraient ouvrir dès 2016.

Le marché iranien attire. Sephora prévoit de s'implanter dans le pays afin de capter le formidable potentiel que représente le deuxième marché cosmétique du Moyen-Orient, derrière l'Arabie Saoudite, ont déclaré à Reuters des sources proches du dossier. La chaîne de parfumerie du groupe LVMH, qui compte près de 2.000 points de vente dans le monde et en ouvre 100 par an environ, serait l'une des premières grandes enseignes occidentales de cosmétiques à s'installer dans le pays.

"Ils sont en train de finaliser leurs discussions avec un partenaire (...). Ils espèrent ouvrir plusieurs magasins à partir de 2016", a indiqué une de ces sources, tandis que, selon une autre, "Sephora est bien avancé dans ses discussions avec les distributeurs".

La population iranienne est nombreuse (80 millions d'habitants), jeune, urbaine et éduquée. Surtout, l'appétit pour les produits de luxe est immense. "Téhéran compte une des plus grosses concessions de Porsche du Moyen-Orient", souligne Michel Makinsky, directeur général du cabinet de conseil Ageromys International. Le marché des cosmétiques et des soins du corps est évalué à 3,5 milliards de dollars par Euromonitor, deuxième marché de la région derrière l'Arabie saoudite, et pourrait tripler en cinq ans.

"Les Iraniennes ne sortent jamais sans maquillage"

Le maquillage a toujours eu une très grande place dans le rituel de beauté des Iraniennes qui peuvent utiliser jusqu'à trois tubes de rouge à lèvres et un mascara par mois. "Culturellement, les femmes iraniennes sont très à cheval sur leur apparence. Elles ne sortent jamais sans maquillage. C'est une question de dignité", commente Zahra Azmoudeh-Giacomini, présidente de l'agence Cosmopolistan. Même dans les familles traditionnelles, le maquillage des jeunes filles est de plus en plus accepté.

Les Iraniennes sont aussi très portées sur le parfum, qui représente le tiers du marché, avec une consommation moyenne de 23 flacons par an (dont les cadeaux), contre trois en France. "On estime que les femmes consacrent jusqu'à un tiers de leur salaire à la beauté", précise Reza Miremadi, distributeur exclusif des produits grand public de L'Oréal (L'Oréal Paris, Maybelline, Garnier) en Iran.

Les cosmétiques, comme d'autres produits de consommation courante, n'ont pas été concernés par l'embargo international et nombre de marques y sont vendues comme Lancôme, YSL et Armani (groupe L'Oréal), Clarins ou Dior (LVMH). Mais leur distribution, qui passe par des parfumeries spécialisées encore peu développées, reste limitée par des circuits financiers complexes - bureaux de changes passant par Dubaï - faute de transactions avec les banques internationales.

D. L. avec Reuters