BFM Business

Réouverture des discothèques: "le pass sanitaire est inapplicable"

Après 15 mois en arrêt complet, les discothèques pourraient rouvrir le 30 juin. Mais Patrick Malvaës, président du syndicat national des discothèques, estime que le protocole sanitaire n'est pas "réaliste".

Les boules à facettes pourraient à nouveau tourner dans quelques jours dans les discothèques de France. Fermés depuis 15 mois, ces établissements sont dans une situation catastrophique. Ils représentent 30.000 emplois directs et un milliard d'euros de chiffre d'affaires annuel.

Les représentants de la profession doivent rencontrer le président de la République Emmanuel Macron ce lundi pour faire le point sur les réouvertures et le soutien au secteur. Cette réunion se tiendra avec la ministre de la Culture Roselyne Bachelot et le ministre délégué Alain Griset, chargé des PME (petites et moyennes entreprises). La réouverture pourrait avoir lieu le 30 juin ou le 2 juillet.

"Il y a urgence. D'abord, la jeunesse de France va exploser, mais aussi, nos exploitant qui n'ont plus d'avenir", alerte ce lundi sur BFM Business Patrick Malvaës, président du syndicat national des discothèques.

"30% des jeunes sont anti vaccination"

Patrick Malvaës souhaite la réouverture au plus vite, mais dans des conditions "réalistes".

"Le pass sanitaire, tel qu'il est, est inapplicable. D'abord pour des raisons juridiques. Il a été prévu pour les établissements de plus de 1000 personnes, mais il n'y a que 40 discothèques concernées", note Patrick Malvaës, en soulignant les contraintes du parcours vaccinal. "30% des jeunes sont anti-vaccination et seulement 6,2% des moins de 29 ans ont été vaccinés", pointe-t-il.

Quant aux tests PCR, ils ne seraient pas "réalisables en l'état".

"Il doit être fait dans les 48 heures. Ce qui imposerait de se faire tester samedi matin pour aller en discothèques dimanche soir. Il faut des tests salivaires ou des auto tests", réclame Patrick Malvaës.

Les deux principaux syndicats professionnels du secteur de l'hôtellerie-restauration, l'Umih (Union des métiers des indsutries de l'hôtellerie) et le GNI, qui négocient avec le gouvernement le protocole sanitaire pour l'ensemble du secteur, y compris les discothèques, se sont dits d'accord avec le fait que le pass sanitaire soit exigé à l'entrée des boîtes de nuit. Ils demandent également la possibilité que les clients puissent entrer après avoir réalisé un autotest sur place. Selon les professionnels, le protocole devrait également inclure des obligations en matière de ventilation et de port du masque.

Sur 1600 discothèques en France, 152 avaient fermé définitivement à fin mars 2021 selon ces deux syndicats, et 25% ne pourront pas ouvrir par impossibilité de répondre au protocole sanitaire, notamment à cause des systèmes de ventilation.

Pascal Samama
https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco