BFM Business

Recettes stables pour la filiale française de Mondadori

L'italien Mondadori est le troisièmé éditeur français de magazines

L'italien Mondadori est le troisièmé éditeur français de magazines - -

En 2012, l'éditeur de "Closer", "Grazia" et "Science & vie" a vu son chiffre d'affaires reculer de 2,2% en 2012 mais sa rentabilité augmenter.

L'année 2012 a été contrastée pour la filiale française de Mondadori. L'éditeur de Closer, Grazia et Science & vie a vu son chiffre d'affaires progresser de 9,6%, à 381,6 millions d'euros.

Toutefois, cette croissance est due au fait que Mondadori consolide désormais tout le chiffre d'affaires de sa filiale commune à 50/50 avec Springer, qui édite Auto plus, Auto journal et Sport auto, car Mondadori a depuis fin 2011 une option pour prendre le contrôle de cette filiale commune. A périmètre comparable, le chiffre d'affaires a reculé de 2,2%.

Coûts sous contrôle

La principale source de revenus reste la vente de magazines, qui atteint 269 millions d'euros, en hausse de +12% (mais en recul de -2,2% à périmètre comparable). Ces ventes se répartissent à égalité entre abonnements (qui ont progressé de +0,5%) et ventes en kiosques (-5%). En volume, la diffusion a reculé de 3,6%.

L'autre source de revenus est la publicité, qui a rapporté 95 millions d'euros, soit une hausse de 11%, mais un recul de 2,4% à périmètre comparable. "Le marché publicitaire s'est retourné au second semestre par rapport au premier", explique l'éditeur italien. Toutefois, ce recul est inférieur à celui du marché (-4,9%). Et en volume, la croissance a été de 0,5%, pour atteindre 10,8% du marché.

Enfin, les revenus Internet ont atteint 6,8 millions d'euros, multipliés par 2,5 (+28% à périmètre comparable).

Mais, malgré ce tassement du chiffre d'affaires, les coûts sont restés sous contrôle: l'excédent brut d'exploitation a atteint 39 millions d'euros, en hausse de +16,5% (+6,2% à périmètre comparable).

A noter que l'écart d'acquisition des activités françaises (goodwill) a été déprécié de 140 millions d'euros à fin 2012.

Jamal Henni