BFM Business

Qui était Jean-Claude Decaux, le père de l'abribus? 

Jean-Claude Decaux lors d'un discours à Paris, à côté de l'ancien maire de Paris Bertrand Delanoë (à droite)

Jean-Claude Decaux lors d'un discours à Paris, à côté de l'ancien maire de Paris Bertrand Delanoë (à droite) - Mehdi Fedouache - AFP

"L'entrepreneur Jean-Claude Decaux est décédé ce vendredi 27 mai à l'âge de 78 ans. Il avait créé l'abribus qui a fait le succès de son entreprise familiale qui compte aujourd'hui 12.000 employés. "

L'inventeur de l'abribus n'est plus. Jean-Claude Decaux, fondateur de l'entreprise JC Decaux est décédé ce vendredi 27 mai à l'âge de 78 ans. 

L'Élysée a réagi via un communiqué saluant "un grand entrepreneur" qui "a fait de l'entreprise qui porte son nom un groupe qui emploie aujourd’hui près de 13 000 personnes et occupe la première place mondiale dans le mobilier urbain et la communication extérieure, l’un des fleurons de l’économie française".

Le Premier ministre Manuel Valls avait lui affirmé sur Twitter que Jean-Claude Decaux avait "la fibre des grands industriels, innovateurs, conquérants". "Il a bâti un groupe, une marques, symboles de la France", ajoute-t-il.

Autodidacte, Jean-Claude Decaux avait fait en cinquante ans du groupe qui porte son nom le numéro un mondial du mobilier urbain et de la publicité dans les transports.

Né le 15 septembre 1937 à Beauvais dans une famille modeste, il s'est lancé dans l'affichage publicitaire à l'âge de 15 ans, en couvrant les murs de sa ville natale de publicités vantant le magasin de son père dont il s'occupait pendant les vacances.

Fort de cette première expérience, il a monté sa propre entreprise d'affichage à l'âge de 18 ans, trois ans avant sa majorité de l'époque.

Une idée révolutionnaire

En 1964, il a l'idée de proposer aux villes d'installer ce que l'on appelait encore des aubettes, ces abris permettant aux usagers des transports en commun d'attendre au sec l'arrivée du véhicule, contre la gestion des affiches publicitaires. C'est la naissance de l'Abribus (marque déposée) qui passera dans le langage courant. Il a d'abord convaincu Lyon puis ensuite de très nombreuses collectivités qui n'avaient plus à financer ces abris, via l'aide de son frère Jean-Pierre, seul autre collaborateur du groupe lors des premières années.

La société a par la suite étendu le concept à tout le mobilier urbain (sanitaires, conteneurs de verres ou de piles, les kiosques à fleurs et à journaux, bancs publics, candélabres, etc.), proposé aux municipalités sur catalogue en échange de la concession de l'affichage publicitaire sur leur territoire.

Passionné de vélo et père du Vélib'

Elle s'est également fortement internationalisée grâce à l'apport des fils de Jean-Claude Decaux, essentiellement dans les années 80. Son fils aîné, Jean-François s'installe en Allemagne en 1982, où il met sur pied avec succès la filiale germanique avant de partir en 1990 au Royaume-Uni. Le cadet, Jean-Charles, actuellement à la tête du groupe avec Jean-Claude, choisit lui l'Espagne en 1989. Le benjamin, Jean-Sébastien (40 ans) avait lui rejoint l'entreprise en 1998 où sa première fonction était de lancer la publicité dans les supermarchés britanniques.

Avec le rachat de l'afficheur Avenir en 1999, le groupe s'est lancé dans la publicité dans les transports, un segment sur lequel JCDecaux est devenu numéro un mondial. L'entreprise revendique également le premier rang européen de l'affichage grand format.

Patriarche passionné de vélo et sensible aux aspects environnementaux, Jean-Claude Decaux a également été à l'origine du vélo en libre-service (dont le fameux Vélib' de Paris) toujours financé par la publicité. Il avait cédé la présidence du conseil de surveillance en 2013, à l'âge de 75 ans, laissant les rênes à ses trois fils. Aujourd'hui son groupe pèse 3,2 milliards d'euros de chiffre d'affaires et est présent dans 61 pays.

J.M. avec AFP